,

 L'évolution de l'étiquette 

 

 

L'étiquette de fromage évolue au gré du temps comme sur ces étiquettes où, au regard du consommateur, la petite laiterie artisanale devient, au fil des années, une grande fromagerie industrielle. Elle est agrandie dans les années 30 puis modifiée dans les années 40, ce qui implique à chaque fois une nouvelle étiquette. Mais le changement le plus notoire se trouve dans l'interprétation graphique et son exagération, la laiterie se retrouve surdimensionnée et les personnages minuscules.

-fromagerie-37-101.jpg (145734 octets)

Vingt années séparent ces deux étiquettes. Les vieilles charrettes sont désormais remplacées par des véhicules à moteur, signe de modernité.

-fromagerie-37-102.jpg (148034 octets)

Les moyens de transport évoluent et les bâtiments s'agrandissent.

-fromagerie-51-101.jpg (156417 octets)

L'exactitude du document est approximative, des bâtiments peuvent même se rapprocher...

Intéressante évolution où la première étiquette montre une effervescence autour de la fromagerie ainsi que de l'établissement voisin. Puis la fromagerie est représentée en petit domaine clos comprenant de nombreuses dépendances. Sur la troisième étiquette, l'imprimerie Garnaud purifie les lignes et rend un aspect très moderne à cette fromagerie.

Une étude historique complèterait la compréhension de cette évolution...

-images-faisandore.jpg (167795 octets)

Variations différentes de l'étiquette "Le faisan doré".

evol-61-2et.jpg (170223 octets)

Les années passent et la fromagerie continue de tourner. Ici, une petite mise à jour de l'étiquette a été nécessaire. La charrette en haut est remplacée par un camion. La charrette du bas laisse sa place au « pourcentage de matière grasse ». Ainsi le mur de clôture de l'enceinte de la fromagerie remonte. Et comme la cour devient plus petite, les arbres diminuent de grosseur, deux personnages ainsi que des arbustes disparaissent.

Il faut retenir que dès les années 30, le graphisme commence à pâtir des pourcentages, logos et mentions obligatoires qui vont progressivement défigurer l'étiquette.

-vache-serieuse.jpg (154255 octets)

"La vache sérieuse", le plagiat le plus célèbre de "La vache qui rit", dû changer de nom en 1959 suite à de multiples procès entrepris par les établissements Bel depuis 1926.

Ces deux tyrosèmes proviennent de deux imprimeurs différents. On remarque surtout l'étiquette du dessus, plus ancienne, et qui possède une grande finesse de trait et de nombreux détails. Sur l'étiquette du dessous, le bâtiment principal est épuré (perte d'une tour), le nombre de personnages est diminué. Le graphisme se concentre davantage sur la fromagerie, les porcheries sont remplacées par une luxuriante verdure, les maisons en fond de plan disparaissent, et la cheminée change de place en se faisant plus discrète sur le coté, l'ère de la révolution industrielle décline petit à petit...

Étiquettes des années 30, 40 et 50 où le graphisme évolue.

 Ici le fromager se rend en ville vendre ses deux paniers remplis de fromages, avec un joli chapeau et un parapluie sous le bras. Cette scène quotidienne n'est plus d'actualité et pourtant on observe une étonnante longévité dans cette étiquette, reprise de multiples fois et où le personnage vieillit.

 Sur ces tyrosèmes, "la châtelaine de Baugé" devient "la baugeoise", sous entendu bourgeoise !

Le bâtiment principal de la fromagerie s'agrandit et des annexes apparaissent.

Sur cette étiquette, un moine aide une laitière à charger des bidons de lait sur une mule devant le portail de la chapelle Notre-Dame du Val Boutry, située sur la commune de Le Mesnil-Bacley dans le Calvados. L'étiquette évolue peu mais la même illustration se retrouve ensuite à la fromagerie d'Ayron dans la Vienne qui fut rachetée en 1932 par Gabriel Barribaud, fromager à Parthenay.

ici, le fromager successeur bénéficie du progrès industriel et l'affiche clairement.

Exemple très caractéristique et claire de l'évolution d'une étiquette pendant un siècle.

Vers 1935, l'évolution rapide de l'aviation força monsieur Rendu, fromager à St-Jean-de-Livet, à rectifier son étiquette. Pour moderniser l'étiquette « L'Aviateur », qui existe depuis 1912, on imagine le lithographe cherchant une photo ou illustration d'un avion moderne sous le même angle que l'ancienne image, c'est à dire de coté, légèrement de dessus, photo difficile à trouver. Une illustration de Lucien Cavé, représentant l'avion Morane-Saulnier de Détroyat, fit l'affaire !

la-nouvelle-vache.jpg (407075 octets)

"La Nouvelle Vache", une marque toujours commercialisée par les établissements Bel. Elle était fabriquée à l'origine par la fromagerie Picon, rachetée en 1968 par la Fromagerie Bel.

Une cinquantaine d'années séparent la première de la quatrième étiquette. Le dessin représente un client connaisseur qui ouvre une boite et hume l'affinage du fromage. On peut remarquer que la configuration première de la scène de l'étal fromager a été conservée. En second plan, les "fantomes" deviennent des personnages identifiables mieux habillés.

 

 retour accueil