Imprimerie

ALENÇONNAISE

à ALENÇON

(Orne)

             
Historique :      
             

L'Imprimerie Alençonnaise succède, en 1911, à l'Imprimerie de l'Indépendant de l'Orne, fondée en 1894 par le chanoine Guérin. Elle acquiert en 1930 l'imprimerie Supot. L'entreprise s'étend sur un ensemble de bâtiments donnant place du Cours, rue Porchaine, rue Valazé et rue des Marcheries.
En mai 1934, un concours récompense des employés de l'imprimerie :
    - des compositeurs lithographes : Ballanger Robert, Rousseau Roger, Cousquer Jean, Le Paih Joseph, Gosnet Léonce, Melle Vivien Jeanne
    - un imprimeur typographe : Briand Auguste
    - des imprimeurs lithographes : Guilbaud Roger, Cébort Georges, Desmonts André
    - des clavistes monotypes : Melle François Yvonne, Hubert Denise
    - un relieur : Blivet Joseph
En 1938 la place du Cours est officiellement renommée place Poulet-Malassis. Pauline la fille de M. Georges Supot assiste à cette inauguration.
A l'angle de l'imprimerie donnant sur la place, la façade intègre une sculpture : « monument jailli sous les coups de ciseau vigoureux du sculpteur Sarrabezoles [1888-1971] grand prix de Rome [1914] évoque la liberté et le passé sous la forme de deux femmes tenant l'une un livre et l'autre une chaîne brisée »*1

 
   
 
   
Par la suite l'Imprimerie Alençonnaise «  a continué la saine tradition en imprimant, notamment, une édition de luxe des œuvres de Stendhal qui comporte une vingtaine de volumes et que nous pouvions admirer encore tout dernièrement chez le maître-imprimeur, M. F. Grisard, retiré, depuis peu, dans son charmant logis du Bouillon, tandis que son fils continue de diriger la vieille et glorieuse maison qui prolonge, jusqu'à notre époque la gloire des Poulet-Malassis »*2.
 
     
  En 1960 le site de l'imprimerie est abandonné au profit d'ateliers modernes en zone industrielle, rue Edouard Belin et les locaux sont démolis fin des années 1970 pour construire des logements privés : « La Résidence des Ducs ».
« De 10 ouvriers en 1894, l'effectif passe à 150 ouvriers en 1960, 160 ouvriers en 1972 et redescend à 108 ouvriers en 1989. L'imprimerie Alençonnaise est d'abord dirigée par une association ouvrière après 1910. Puis une SA est constituée en 1921. Elle devient une filiale du groupe Firmin-Didot (1921-2001) en 1968 ». *3
Les ouvriers de l'imprimerie prendront une part active dans les mouvements de grève de mai 1968.
Après la disparition de Pierre Firmin-Didot la vie économique de l'Imprimerie Alençonnaise est une lente descente aux enfers que relate la presse locale.
Ainsi l'Orne Hebdo rapporte dans ses colonnes les décisions de justice concernant la gestion de l'Imprimerie Alençonnaise :
En 1999, l’Imprimerie Alençonnaise avait été placée en redressement judiciaire et recherche un repreneur.

Le tribunal de commerce d’Alençon avait retenu ce patron d’une imprimerie parce qu’il s’engageait notamment à augmenter le chiffre d’affaire de l’entreprise, à conserver les 57 emplois et à ne pas séparer les murs du fonds de commerce. En février 2000, il avait néanmoins vendu le bâtiment de l’Imprimerie Alençonnaise à une SCI. En septembre 2002, l’Imprimerie Alençonnaise était de nouveau placée en redressement judiciaire. *4
Elle est mise en liquidation judiciaire fin 2002.
La suite est indiquée sur le site « l'Usine Nouvelle » qui se fait l'écho des décisions prises en février 2003 pour essayer de préserver l'entreprise :
« Le tribunal de Commerce d'Alençon (Orne) choisit le groupe Allied Multimédias pour reprendre l'Imprimerie Alençonnaise, dans laquelle il ne reste plus que 50 salariés. Allied Multimédias dont le siège social se trouve à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine) totalise une vingtaine de sociétés aux activités diverses ». *5
Rachetée en 2004 l’Imprimerie Alençonnaise, empêtrée dans des difficultés économiques, dépose plus tard le bilan. Elle cesse ses activités en 2005.
 
                   
           

Sources : rédaction Gérard Clouet, mars 2020
*1 L'Ouest-Éclair 1938/10/24
*2
L'Ouest-Éclair 1943/01/06
*3 Inventaire général 1988 - Mérimée
*
4 Orne Hebdo 2010/05/07
*5 L'Usine nouvelle 2003/02/10

 

Quelques étiquettes :
                   
    La mention "Alaigre" figure sur ces 2 étiquettes des années 1930-40.    
                   
Quelques autres impressions :
                   

- 06 juin 1940 -
 
   
                   
 

 retour