Imprimeurs 

Rubrique en construction 

Découverte en 1796 par Senefelder et améliorée en 1837 par Engelmann, la lithographie va permettre la reproduction de dessins en couleur. Les premières utilisations d'étiquettes furent sans doute pour la parfumerie, les produits pharmaceutiques et les liqueurs, mais bon nombre de produits comme les fromages suivirent le pas vers les années 1870. Grâce à une gamme de couleurs plus étendue, l'esthétisme des graphiques s'affine et la production prend de l'ampleur. De grands imprimeurs voient le jour et se spécialisent dans leur production. 

Le créneau des étiquettes de fromage se retrouve rapidement emporté fin XIX° par l'imprimerie Orgeval à Paris (qui devient Orgeval & Cie,  Grange Orgeval & Guy,  Grange & Guy, puis Grange) devant Depierre à Lisieux et Rousseau à Dôle. En 1914, l'imprimerie Grange & Guy éditait 35 millions d'étiquettes tandis que l'imprimerie Depierre 15 millions. 

La référence dans ce créneau reste l'imprimerie Garnaud à Angoulême qui se lance dans les étiquettes de fromage en 1923. Les nombreuses fromageries charentaises vont lui offrir la possibilité de se développer rapidement. Puis en récupérant de nombreux marchés, elle va produire jusqu'à 75% de la production française d'étiquettes de fromage. Actuellement, elle en édite toujours.

 

Les imprimeurs les plus actifs ont sans doute été :

 

Collier à Fourmies

Debar à Reims

Delcey à Dôle

Depierre à Lisieux

Dervaux à Halluin

Diebold à Mourlon

Garnaud à Angoulême

Grange & Guy à Paris

Idoux à Nancy

Imprimerie Moderne à Nantes

Jombard à Lille

Malherbe à Caen

Ozanne & Cie à Caen

Papeteries de Normandie à Caen

Puissant à Amiens

Richard-Laleu à Poitiers

De nombreuses imprimeries ont touché de près ou de loin le monde des étiquettes de fromage,

cette première liste répertorie plus de 300 imprimeurs différents.

Mais il en existe encore bien d'autres à découvrir...

 

Liste des Imprimeurs

 

Site Internet déclaré à la C.N.I.L. sous le n° 1187466 et protégé par les dispositions du Code de la Propriété Intellectuelle Française
et la Convention de Berne. Toute représentation, reproduction intégrale ou partielle du site et/ou de ses éléments de contenu, faite sans le
consentement de son auteur est illicite. Toute représentation et/ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constitue une contrefaçon
pénalement sanctionnée par les articles 335.2 et suivants du Code de la Propriété Intellectuelle Française.

 retour