Inspirations 

 

Inspirations diverses

En 1936, les premiers congés payés furent l'occasion de découvrir les bains de mer. Le "fromage du trio", de la fromagerie d'Asnières-sur-Nouère, représente Charles, Anne-Marie et Pierre Loevenbruck sur la plage de St Georges-de-Didonne en 1938. Nous pouvons remarquer sur la photo la présence de deux autres gamins allongés derrière eux, un seau sur la tête, qui n'ont pas été représentés sur l'étiquette. Huit autres frères et sœur ne figurent pas sur la photo. Les étiquettes de cette grande famille fromagère montraient souvent un lion sur un pont (retranscription alsacienne de "Loevenbruck").

D3-16-LeTrio.jpg (366744 octets)

D2-37-Pantagruel-.jpg (384995 octets)

Cette étiquette des années 70 est inspirée d'une illustration célèbre de Gustave Doré.

L'étiquette immortalise certains clichés de la vie... Ici, les oeufs ont été remplacés par des camemberts "Bougre d'âne" bien sûr ! ...Prémonition de la chute, ou loi sur le temps enfreinte?

D3-16-Bougre-d-ane.jpg (313266 octets)

D2-86-Angelus.jpg (383726 octets)

La célèbre scène de l'Angélus, immortalisée par Jean-François Millet,

a inspiré de multiples publicitaires. Ici le tableau a été recopié pour évoquer le sens profond

et divin de ce camembert, un pur produit de terroir.

Cette étiquette rappelle le conte de l'oiseau bleu écrit par la baronne d'Aulnoy. Native de Normandie, elle vécut une vie très tumultueuse au siècle de Louis XIV.

D4-14-Pierre-Cornue.jpg (379883 octets)

Étiquette de 1907 reprenant l'illustration d'une carte postale sur laquelle figurent le fromager

Auguste Toutain et son fils devant le menhir de Condé-sur-Ifs.

La carte postale est tirée du livre "Coeur camembert" d'Olivier Thiébault.

D'après la légende, toutes les nuits, à minuit, la " Pierre Cornue " va se désaltérer
au ruisseau qui traverse le village.

Le roi d'Yvetot fut un roi Normand très proche de ses habitants et bon vivant.

Il dormait dans un palais en chaume,  mangeait et buvait beaucoup,

un personnage rêvé pour illustrer une étiquette de fromage.

"Le Roi Camembert" a sans doute été inspiré d'un dessin signé H. Gerbault sur une image publicitaire Ricqlès de la même époque, c'est à dire des années 1910.

Une chanson normande raconte la vie de ce roi peu connu.

"Sur un âne, pas à pas, il parcourait son royaume, joyeux, simple et croyant le bien…"

http://www.alyon.asso.fr/litterature/chansons/index.html

Étiquette "Le Roi de Rome" représentant le tableau du portraitiste Gérard, au musée de Versailles.

 La marque de cette étiquette a été déposée à l'INPI le 11 Septembre 1908 au greffe du tribunal de Jonzac par Mr Maurice Lannes de Montebello, demeurant au château de La Bruyère, commune de Sousméras (Charente-inférieure).

Étiquette représentant le portrait de François 1er réalisé par Le Titien en 1538.

D2-16-Jean-Paul.jpg (454059 octets)

Il existe un petit air de famille entre ces deux enfants.

L'un apparaît sur une publicité Gervais d'une fromagerie de Seine-Maritime

datée de 1957, l'autre sur une étiquette charentaise des années 60-70.

Au hasard d'un lèche-vitrine à Paris, mon regard revient rapidement

et mes yeux se fixent sur ce livre. " Mais c'est bien sûr... ! "

La couverture de cet album de 1949, illustré par Walt Disney, inspira le camembert "LE BAMBI".

D4-40-Bambi.jpg (425361 octets)

 

Etiquettes de la fromagerie de Vern (Ille et Vilaine) reprenant le tableau

de "la laitière" peint par Jean-Baptiste Greuze.

Très jolies étiquettes des années 60 illustrant Liz Taylor. 

Je recherche la photo ayant servi de modèle au dessinateur.

 

Cette même fromagerie de Thaon, dans les Vosges, a immortalisé également de son vivant le chanteur Claude François.

claudefrançois.jpg (147873 octets)

-metier17-2.jpg (82862 octets)

Pendant la Seconde guerre mondiale, M. Martin, un père de famille plutôt timide, se révèle être le chef de la résistance. Un film de 1946 réalisé par René Clément retrace cette histoire véridique.

 

- histoire détaillée -

 

Ici, l'imprimeur reproduit la même image sur deux produits différents.

-inspiration050.jpg (129984 octets)

"Loukoum et camembert": un disque censuré de 1994 du groupe "les escrocs". Les paroles de la chanson prêchent à l'union pacifique de deux peuples, le loukoum et le camembert étant leurs symboles. Le dessin de la pochette s'inspire d'une étiquette type de camembert.

- texte de la chanson -

Comme l’alcool de menthe Ricqlès, le camembert à sa façon requinque le corps. 

L’étiquette « l’invalo » est directement inspirée de cette chromo Ricqlès représentant deux blessés de guerre devant le dôme des Invalides. Il est intéressant de se pencher sur « l’invalo », qui présente les caractéristiques des deux personnages : chapeau, moustache, position debout et jambe coupée de l’un ; barbiche, médaille, canne, costume fermé, et bras coupé de l’autre.

-inspiration-l'invalo.jpg (206914 octets)

-inspiration-pp1.jpg (361961 octets)

Des images classiques se retrouvent également sur les étiquettes de fromage. Ici la scène universelle d'une traite de vache évoque l'origine de la fabrication du camembert.

L'étiquette "Le champion" a sans doute été inspiré par cette affiche dessinée en 1910 par S. C. Bailie. Le pneu "Pirelli" est ici remplacé par le camembert "Le champion".

lechampion01.jpg (106460 octets)

Il existe une étonnante similitude entre ces deux publicités.

Ce fromage était destiné à l'exportation vers la maison "Nesa Togni" à Bruxelles.

Il est intéressant de retrouver la première esquisse d'étiquette, dessinée, coloriée, ou peinte. La réalisation de la maquette demandait beaucoup de minutie.

-joli-gue54-01.jpg (160679 octets)

-perrette58-01.jpg (168836 octets)

Tout le monde connaît la célèbre fable de La Fontaine: "la laitière et le pot au lait".

Perrette allait vendre son lait pour acheter des oeufs. Elle se voyait déjà élever ses poulets pour en tirer un bénéfice qui lui permettait d'acquérir un cochon. L'animal facile à engraisser et à revendre lui donnerait une vache et un veau, mais un faux pas la fit trébucher... et tous ses rêves s'envolèrent !

Le ramassage du lait est la première opération pour fabriquer du fromage, mais encore faut-il la réussir. Cette étiquette fait prendre conscience de la délicatesse de toutes les étapes pour obtenir un savoureux fromage.

Pour la réalisation du tyrosème final, ici le maquettiste de chez Grange a modifié la fillette mais conservé le fond de plan avec l'église, les montagnes, le chemin, ainsi que les textes.

Etiquette inspirée de l'affiche de Cassandre de 1935 montrant l'imposante étrave du paquebot Normandie, de front et en contre plongée. Cette vision exprime la puissance française face à l'Allemagne réarmant et s'inspire d'affiches de propagande durant la seconde guerre mondiale montrant les navires de guerre vus de face fonçant sur l'ennemi.

D1-14-bateau.jpg (374094 octets)

-vache53-04.jpg (69955 octets)

Origine de l'étiquette "Le voyageur"

Cette étiquette appelée "Picasso" a été dessinée par un jeune artiste peintre qui effectuait son service militaire au camp de La Braconne près d'Angoulême en 1959. Il proposa quelques dessins à l'imprimerie Garnaud dont ce camembert qui paraît-il se vendit très bien.

-artistique-76-1.jpg (62821 octets)

Le 20 novembre 1858, Emile Peugeot dépose le brevet d'un lion qui sera l'emblème de sa marque.

Ce lion représentait à l'époque les trois qualités des lames de scies Peugeot :  résistance, souplesse, et rapidité (la résistance des dents, la souplesse de l'acier, et la rapidité de coupe).

Le lion ci-contre (une rare mascotte de radiateur Peugeot - collection d'un ami)

représente la sculpture de Marx commandée par la firme Peugeot en 1925.

Les artistes dessinateurs durent s'en inspirer pour créer ce camembert.

Etrange étiquette des années 30 inspirée des affiches de propagande russes ou espagnoles. Le graphisme vente le dogme du prolétariat où "travailler est une gloire" et "le travailleur héroïque". Cette étiquette véhicule un message politique fort et vise sans doute une clientèle agricole ou ouvrière.

 

 

Depuis le 18° siècle de nombreuses faïenceries se sont établies en Lorraine. Le Pays de Lunéville a toujours compté d'excellents artisans faïenciers dans la création d'objets utilitaires ou décoratifs, telle la faïencerie de Chambrette qui prospéra comme manufacture royale. De la fenêtre de leurs ateliers, les artistes regardaient s'épanouir les fleurs de Lorraine. La vaisselle se couvrit donc de décors floraux. Des assiettes ont sans doute servi de modèles aux étiquettes de fromage ci-contre.

Le jeu de mot "Carmencita o.lait" se substitue ici à "Carmen Olé", le fameux opéra de Georges Bizet, qui conte l'histoire d'une bohémienne andalouse, fantasque et passionnée, qui vit sans contraintes et entraîne avec elle un brigadier, qu'elle abandonnera pour un toréador.

 

Derrière une simple étiquette des années 60-70, le fromager Henri Pennec fait apparaître clairement son parti politique en disposant curieusement du texte en forme de croix de Lorraine et en indiquant les deux mots "UN Régal" comprenant comme par hasard les trois majuscules UNR (Union pour la Nouvelle République).

Sur ce tyrosème, le jeu de mot "abbé béat" à la même consonance que "A-B B-A".

 

Cette étiquette a été dessinée par un élève de l'école des Beaux-Arts au cours de ses loisirs. "ROSSBERG" a une origine géographique, son nom signifie "la montagne du cheval" en allemand. La montagne se situe dans la chaîne vosgienne, près du col de Bonhomme. L'étiquette représente un village, sur le versant alsacien d'où provient le bon lait des pâturages des hautes chaumes et à l'arôme si particulier de la montagne du Rossberg.

Etiquette représentant le Maréchal de France JOFFRE, immortalisé par un subtil jeu de mots indiquant sa valeur militaire et aussi ce que propose le fromager.

 --joffre72-01.jpg (60108 octets)

Etiquette de février 1914 reprenant le tableau "Les glaneuses"

réalisé par Jean-François Millet en 1857.

Publicités qui empruntent la même technique que l'affiche réalisée par Firmin Bouisset en 1893 et qui rendit célèbre la marque "Chocolat Menier". Cette affiche représente une petite fille de dos traçant d'une écriture mal assurée "Eviter les contrefaçons ".

Sur l'étiquette de fromage "Le Pré-leux", des années 1910-1920, le petit garçon ne tient pas une barre de chocolat dans sa main gauche, mais une tranche de pain tartinée de camembert, et écrit maladroitement "Le Pré-leux camembert extra délicieux".

L'autre étiquette est à la limite de la légalité et pourtant déposée en janvier 1907 à Niort par Mme Lescarret (grossiste en fromages).  Le graphisme reprend l'écriture de la petite fille dessinée par Fimin Bouisset pour Chocolat Menier. Et surtout la phrase "Goutez et comparez" est la devise de Chocolat Poulain depuis février 1863.

Nous ne connaissons pas les dessinateurs de ces étiquettes, ni le goût qu'arborait ces fromages, mais le graphisme contribua certainement à mieux les vendre.

D3-72-Goutez-.jpg (372833 octets)

D1-72-Queru.jpg (365676 octets)

Mais que transportait vraiment le père Quéru dans son panier avant de figurer sur une étiquette de fromage ?

La réponse figure sur cette carte colorisée. Sur l'étiquette de gauche, les paniers ont été remplis de fromages.

D4-72-Queru3.jpg (380408 octets)

"Manoir de la pipardière" construit au XV° et XVI° siècle, typique des constructions normandes. Autrefois situé sur la commune de Livarot au lieu-dit "Pièce Goguet", le manoir a été déplacé à Tourgeville le 28 août 1991 par autorisation du ministre de la Culture. Cette vieille maison aux pans de bois est classée aux Monuments Historiques depuis 1923. Depuis cette date, une image de ce manoir est fixée sur une étiquette de camembert par la fromagerie Bisson puis maintenant par la fromagerie Lepetit.

D3-98-Brouette.jpg (390110 octets)

Le pénible travail aux champs éreintait nos ancêtres. Voici une manière plus agréable pour la femme de rentrer à la chaumière.

Il est étonnant de retrouver cette scène champêtre sur cette rare lithographie.

Gravure du XIX° ayant servit de modèle à de nombreuses publicités, cartes postales et également une étiquette de Pont-l'évêque de l'Eure.

Tyrosème déposé en 1910 représentant une normande portant la coiffe appelée "le papillon d'Avranches".

Cette laitière portant une canne à lait sur le dos est directement inspirée d'une peinture.

De jolies images non déposées ont été utilisées par des fromagers de régions quelquefois très éloignées.

Une petite mise à jour de l'étiquette est alors nécessaire, comme avec ces deux femmes, l'une arbore une coiffe bretonne, l'autre une coiffe des Deux-Sèvres.

Dessin inspiré d'une peinture du peintre Albert Charpin (1842 Grasse - 1924 Asniéres) qui a peint de nombreux paysages, troupeaux ovins et bovins.

Comment représenter un fromage breton meilleur qu'un "Pont-l'Évêque".

La Société Laitière du Pays d'Arvor trouve la solution avec un "Pont-Cardinal" représentant un Cardinal sur un pont.

Etiquette reprenant un peu le slogan "L S K - C S Ki",  une publicité pour un chocolat en poudre. Le slogan "Elesca c'est exquis" avait été trouvé en 1915 par Sacha Guitry. La marque avait appartenu au baron de Rothschild, puis à un "mondain", bien plus intéressé par la chasse et les réceptions, que par la gestion de sa société, qui périclita rapidement. Slogan détourné maintenant en "L S D - C S Ki".

Les graphismes ayant le plus de succès sont souvent copiés entre imprimeurs.

"LE CAUMONT" : imprimerie Ozanne & Cie à Caen

"LE VERGNAUD" : imprimerie Garnaud à Angoulême

La représentation d'une fromagerie est souvent issue d'une carte postale ancienne.

Par les traits de dessinateurs ingénieux, le petit lieu de fabrication se transforme en une fromagerie importante où des fenêtres et lucarnes sont ajoutées. Un parc, des dépendances, des animaux embellissent également le domaine.

En 1956, la fromagerie Hutin à Lacroix-sur-Meuse connait des difficultés. Henri Hutin propose alors à son fils Jean-Louis le poste de responsable du "service commercial export". Jean Louis mise sur l'exportation des fromages aux U.S.A. Il devine qu'avec des monuments français sur les étiquettes, il va toucher de nombreuses personnes aux U.S.A. Il va alors mettre au point des fromages portant des étiquettes comme "l'Arc de Triomphe", "la Tour Eiffel", "Le Concorde".

Et pour toucher les plus jeunes, il va rechercher un visage d'enfant, et créer le fameux fromage "Bill" ! Pour ce dernier fromage créé en 1968, il ne va pas chercher bien loin, il choisit une ancienne photo de Benoit Reyre (le fils de sa soeur), agé de 7 ans en 1958 sur la photo. Et pour le nom de ce fromage, Jean-Louis sait très bien que le prénom "Benoit" n'aura pas un grand impact, alors il choisit le prénom de "Bill", très répondu outre-atlantique. Et entre janvier 1968 et janvier 1969 les ventes explosent, le chiffre d'affaire des exportations double. Devant un tel succès, Jean-Louis deviendra directeur général de la fromagerie. En 1969, Valery Giscard d'Estaing, ministre des finances, remettra à Jean-Louis l'oscar de l'exportation.

 

 

depot006.jpg (60155 octets)

Connaissez-vous l'origine de l'étiquette de la laiterie de Mamirolle : "La petite Bergère" ?

Dans la région de Trouvans dans le Doubs, tout le monde connaît l'histoire de la petite bergère de Trouvans. Marguerite Chardenot, âgée de 10 ans environ devint en 1817 serveuse à l'hôtel de la Couronne de Baume-les-Dames (30 kms de Mamirolle). Elle sauva la vie du docteur Carswell, grand médecin écossais, qui l'épousa. Il devint le médecin de la Reine Victoria qui le fit Lord et permit ainsi à sa femme de devenir Lady Carswell. A la mort de son mari elle revint vivre à Baume-les-Dames où elle fut enterrée.

A Neuvilly en Argonne, dans la Meuse, on appelait les gens de ce village "les coqs dorés" ! Phonétiquement, "les co... dorés". Pourquoi ce surnom ? Voici une version connue. Comme dans tous les villages, il faut, périodiquement, descendre le coq du clocher pour le dérouiller et le repeindre. Les habitants de Neuvilly avaient donné une bonne couche de peinture dorée sur leur coq, cela se voyait de loin, même d'Aubréville !!! L'étiquette provient de la laiterie Blanchet (puis Gilbert Boscher) de Neuvilly en Argonne, surnommée "ferme du coq doré".

source : http://argonnecc.centerblog.net

 

--coq55-01.jpg (51736 octets)

 

chevre-maurillo.jpg (124971 octets)

La meilleure façon de réaliser un chef d'œuvre est peut-être d'en imiter un. Ainsi le coté marketing est assuré, le graphisme ne pouvant pas être un échec. Ici l'étiquette s'inspire du tableau peint par Murillo vers 1645 : "Enfants mangeant des fruits" - Pinacothèque de Munich

Le geste de l'enfant est resté identique, et le fromage est ainsi gobé comme des grains de raisin.

Étiquettes des années 1940-48 obligeant les fromagers à réduire leur pourcentage de matières grasses.

Les deux bandes noires en forme de "V" arborent ici le "V"  de la Victoire.

inspi-55-31.jpg (162621 octets)

79-Victoire.jpg (189879 octets)

la-thillaye.jpg (306805 octets)

Le camembert est souvent vendu localement. Ici il s'embourgeoise avec la représentation d'un manoir.

La représentation d'un lieu connu de tous permet de situer aisément la fromagerie.

Ici la Tour d'Oudon a été dessinée à partir d'une carte postale.

44-oudon.jpg (293493 octets)

14-manoirdecleville.jpg (305911 octets)

Le Manoir de Cléville de la laiterie de Méry-Corbon date du XV° siècle et a appartenu successivement aux fromagers Olivier Tinard, Hippolyte Goupil, puis en 1922 à la famille Lepetit.

D1-49-Angevine.jpg (358230 octets)

"L'Angevine" est une des coiffes portées en Anjou au XIX° siècle. La coiffe est composée d'une dentelle qui se rabat sur le front et est surmontée d'un large nœud de moire blanche, tandis que sur les côtés partent des dentelles tuyautées, qui dégagent bien le visage. L'angevine, portait au cou un collier fin et une croix d'or.

D4-49-Coiffe.jpg (347597 octets)

16-gendarme555.jpg (194395 octets)

En 1919, le comptable de la laiterie de Villefagnan est arrêté pour abus de confiance à la demande du Parquet de Loches (Indre et Loire). Suite à cet évènement, un camembert est réalisé par l'imprimeur Richard à Sauzé-Vaussais, en s'inspirant directement de cette arrestation. Avec ce fromage diffusé localement, on peut penser que l'histoire fit rapidement le tour des villages avoisinants. Le garde-champêtre, stylisé et représenté avec un bicorne et un sabre d'infanterie, est ainsi devenu une icône locale, ...et est maintenant passé à la postérité grâce à ce fromage !

"Le Bressan", cette étiquette des années 1910 reproduit fidèlement une carte postale de la même époque où pose un Bressan en costume traditionnel. Seul la chaîne de la montre gousset, signe de luxe, n'a pas été dessinée. Le fromage se veut populaire avant tout. A noter en arrière plan les poulets de Bresse en liberté qui caractérisent déjà la région.

D2-01-Bressan.jpg (352024 octets)

Cette histoire a été racontée par France Vardon à Gérard Clouet, tyrosemiophile s'intéressant de près aux fromageries de l'Orne.

"L'Etiquette Vardon, Ferme de La Hagrie, la plus ancienne, est la première de ma fabrication. C'était en 1953, j'étais une jeune fille et j'ai suivi mes parents qui ont quitté leur "Ferme de Treillebois" à Athis pour la laisser à mon frère Jean Vardon (qui épousa une fille de Lucien Ouvry, fabricant de fromage à Berjou). Pour m'occuper et en attendant de trouver un époux, mes parents me confient la fabrication de pont-l'évêque et de livarots. L'illustration est toute trouvée : une carte de France symbolisant mon prénom."

France Vardon devient en 1955 épouse Prunier. L'étiquette a de ce fait quelque peu changé.

Edouard de Plantagenet, surnommé le « Prince Noir », dû à la couleur de son armure, était un grand chef de guerre anglais, qui a offert des victoires écrasantes à l’Angleterre pendant la guerre de Cent Ans. Il vécu pour se battre, chasser et participer aux tournois. Il mourut d’une longue maladie. Son gisant en bronze, dans l’abbaye de Westminster, est l’un des plus célèbres d’Angleterre, il le représente vêtu de sa fameuse armure.
La représentation de l’armure représentée sur l’étiquette de fromage est plus tardive (XV° siècle), car au XIV° siècle, les pièces de métal ne recouvraient pas entièrement le corps et ne protégeaient pas aussi bien le chevalier. Au XV° siècle, l’armure, se couvre d'éléments en métal (cubitières, genouillères, plastrons, gantelets) ingénieusement articulés, qui permet de résister aux piques et coups d'épées et donc de combattre sans bouclier. Les heaumes se dotent de visières rabattables et d'un ornement à leur sommet : le cimier. L’armure est toutefois difficilement maniable puisqu’elle pèse près de 30 kilos.
L’étiquette provient de la laiterie de Chasseneuil du Poitou, une région meurtrie par la défaite des français en 1356 face à l’armée... du « Prince Noir ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 retour Inspirations