Dernières infos 

2018   2017   2016   2015   2014   2013   2012   2011   2010   2009   2008   2007   2006   2005   2004   2003   2002   2001   2000   1999

Bonjour !

Nous sommes aujourd'hui le

    il est en France

         
En pleine bataille du camembert, entre les partisans du lait cru sinon rien et les autres, prêts à ouvrir une brèche vers
29 octobre 2018
Les collectionneurs fin prêts pour leur 1er Salon
à Bagnoles-de-l’Orne-Normandie dimanche 28 octobre
Dimanche 28 octobre a lieu une première à Bagnoles (Orne),
avec le salon organisé par les collectionneurs du secteur.
     
 

Gervais Behuet, tyrosémiophile, est fin prêt pour le salon. Organisé durant 25 ans à Domfront, le salon Multicollection déménage cette année pour s’installer à Bagnoles (Orne), sous la houlette de l’association des Collectionneurs d’Andaine, présidée par Armelle Destais.

 
     
 

Le moment est donc attendu avec impatience, autant par les curieux que par les collectionneurs en tous genres, à l’exemple de Gervais Behuet, de Champsecret, qui entretient sa passion depuis les années 60. Date à laquelle il s’est intéressé à la collection que possédait alors son père.

Histoire de famille

Fernand, le père de Gervais, était alors ce que son fils est devenu : un tyrosémiophile invétéré. Ce n’est pas une maladie, mais une passion dévorante pour les… étiquettes de boîtes de fromages.

« J’ai attrapé le virus de papa pour cette collection, passionné surtout par les graphismes des étiquettes des fromages français mais aussi des Pays-Bas, de Suisse, d’Espagne, pour l’essentiel, explique-t-il. Cela représente un total d’environ 60 000 étiquettes dont 55 000 sont celles de fromages de nos régions, avec surtout ceux du Grand Ouest et ses célébrités : Camembert, Livarot, Pont-l’Évêque, notamment. Le tout est soigneusement rangé dans une soixantaine d’albums, dont certains sont dédiés aux fromages fondus, comme la célèbre Vache qui rit, qui n’est pas normande mais jurassienne ».

 
       
  On peut ainsi trouver de nombreuses étiquettes presque identiques, mais avec le petit détail qui fait la différence et que l’œil non averti ne remarquera pas. Des détails que Gervais, au prénom prédestiné, aura grand plaisir à révéler aux visiteurs attendus nombreux, pour découvrir des collections de timbres, cartes postales, pins, disques, cartes téléphoniques et bien d’autres objets.  
     (©Le Publicateur Libre)  
       
21 juillet 2018

Chazey-sur-Ain - Il possède
une collection de 330 étiquettes de camembert

   

Jean et son épouse se passionnent pour les boîtes de camembert. Ils en ont 330. - Photo : ML Une partie de leur collection, exposée il y a quelques années. © Photo : ML
       
 

Jean Duluye, installé depuis toujours à Rignieu-le-Désert, est un tyrosemiophile averti, avec son importante collection d'étiquettes de camembert.

Jean Duluye est un tyrosémiophile. C'est probablement le seul recensé dans le département de l'Ain. Est-il atteint d'une maladie rare ? Non, rassurez-vous. Le seul virus qu'a pu attraper Jean Duluye, 86 ans, est celui de collectionner les étiquettes de fromage. La collection peut se faire de différentes manières, selon ce que vous souhaitez. On peut ne collectionner que les étiquettes de camembert, comme lui. Habitant Rignieu-le-Désert depuis sa naissance, Jean Duluye en possède aujourd'hui 330 ...

 
  source : lavoixdelain.fr  
                   
10 juillet 2018

Elle possède plus de 1.600 étiquettes de saint-nectaire :
découvrez les plus insolites
 

   


Brigitte Laporte - Collectionneuse d'étiquettes de Saint Nectaire © Nicolas Jacquet
   
    Native de Besse, fille et petite-fille de producteurs de saint-nectaire, Brigitte Laporte est tombée amoureuse de la fameuse galette. Depuis 15 ans, elle en collectionne les étiquettes.

Les étiquettes sont produites par les fromagers et, évidement, elles laissent libre cours à leur imagimation. Dans ses nombreux classeurs, Brigitte Laporte compte plus de 1.600 exemplaires d'étiquettes de saint-nectaire. Certaines sont surprenantes, voici notre sélection : 
   
   

Le flamant rose

Impossible de ne pas placer cet exemplaire au premier rang. Les flamants rose se font rare en Auvergne et utiliser cet animal pour vendre un saint-nectaire semble... insolite.

Le corbeau et le renard

"Maître Corbeau, sur un arbre perché, tenait en son bec un fromage."

Tout le monde a appris cette fable de La Fontaine mais personne ne sait de quel fromage il s'agit. Et si c'était un saint-nectaire ?  On comprendrait mieux pourquoi, le renard a été si persuasif !

   

Un bonnet phrygien 

Un long chemin de croix et un peu de chance, c'est ce qu'il a fallu à Brigitte Laporte pour récupérer cette étiquette qu'elle convoitait depuis des années. 

Elle a été élaborée pour célébrer le bi-centenaire de la Révolution française et on comprend son acharnement car elle est vraiment jolie.

La vierge de Notre-Dame de Vassivière

Cette étiquette n'est pas datée. Elle est semble-t-il la plus ancienne de la collection de Brigitte Laporte et, elle lui tient particulièrement à coeur. 

   

Un joueur de rugby

Le rugby pour vendre du fromage, pourquoi pas ?

Sauf que, le RC Vichy n'a, de mémoire de vichyssois, jamais porté de tunique verte et jaune, réservée au basket. Pour le rugby, c'est le jaune et bleu, comme l'ASM. Mais si ces couleurs s'adaptent mieux à celles du saint-nectaire...

Le roi des montagnes

Comment mieux le qualifier ? Le saint-nectaire est bien évidement le Roi des montagnes et ce n'est pas son succès actuel qui va nous faire dire le contraire. 

Longue vie au roi !

   

Un cheval

Du lait de cheval ? On le sait tous, ça n'existe pas. Pour le saint-nectaire, la vache est la reine. Jonas était peut être le cheval du fromager mais, si ce n'est pas le cas, voir cet animal associé à du fromage, c'est particulier.

Le grand Saint Nectaire

Le saint-nectaire comme outil de communication ? Quelle riche idée. Cette utilisation, si elle était développée, pourrait permettre de promouvoir, encore un peu plus, la beauté de l'Auvergne.

   

Le pape 

Un pape Auvergnat ? Une grosse commande du côté du Vatican ?  La raison de la présence du Pape sur cette  étiquette n'est pas expliquée mais elle a retenue notre attention.

Petit supplément 

Brigitte Laporte a eu l'opportunité de récupérer des matrices d'impression d'étiquettes de saint-nectaire. Certaines n'ont jamais été utilisées et elle aimerait trouver le moyen de le faire. 

   
Si vous souhaitez aider Brigitte Laporte à agrandir sa collection : laporte.brigitte@orange.fr
   
  source : Nicolas Jacquet - lamontagne.fr  
                   
06 juin 2018
Un camembert spécial D-Day AOP
au lait cru dans les rayons en Normandie
                   
 

La Normandie fête en juin les commémorations du débarquement des troupes alliées sur ses plages en attendant juin 2019 qui célébrera le 75e anniversaire du D-DAY.

A cette occasion, la laiterie fromagerie Réaux, fabricant normand de camembert au lait cru moulé manuellement à la louche, lance une édition « Spécial D-DAY » à sa marque REO, disponible en rayons depuis le 1er juin 2018.

Issu d’un lait cru collecté entre mer et bocage qui lui confère sa signature organoleptique, le camembert AOP REO est un « camembert à part », caractérisé par sa puissance aromatique, sa texture généreuse, son coeur fondant et sa fleur fine. Afin de garantir la qualité et le respect des règles de fabrication, des analyses systématiques sont effectuées sur le lait avant fabrication et sur les fromages par un laboratoire certifié Cofrac (Comité français d’accréditation).

Le Camembert de Normandie AOP au lait cru REO « SPECIAL D-DAY » est un grand camembert au goût authentique pour un grand jour.

Pour l’occasion, sa traditionnelle boîte en bois s’habille d’une photo noir & blanc de la libération : Poids 250 g - Lait issu majoritairement de vaches normandes - Durée de l’opération : 2 mois, du 1er juin au 31 juillet 2018.

 
  source : paris-normandie.frr          
                   
09 mai 2018
 De nouvelles étiquettes arrivent !
                   
  Les produits biologiques ne satisfaisent plus les consommateurs qui se perdent dans les normes. Les cartels agro-alimentaires ont mis la main sur le biologique. Savez-vous que le logo « AB » tolère maintenant 0,9 % d'OGM ?

Afin de sortir du label « bio », de respecter les animaux de la planète, et dans un désir d’adapter la gastronomie à l’air du temps, les produits végans sont en plein essor. Des alternatives aux produits laitiers comme le lait, les yaourts, le beurre sont de plus en plus commercialisées.
 
 

 

         
Pour le fromage, ce grand classique de l’alimentation française, certains de nos voisins (Royaume-Uni, Allemagne) sont plus en avance en terme de propositions véganes.

Néanmoins, l’offre « fauxmagère » s’est largement étoffée ces derniers mois, et de plus en plus de créations font leur entrée sur le marché français.
 
                   
  Nous pouvons maintenant trouver :
 
         

- des Camemberts végans, des alternatives sans lait réalisées à partir de purée de noix de cajou, d’amandes, de cultures. Après un fermentage et un affinage durant de longues semaines, on obtient un fromage végétal crémeux, doté d’une croûte délicate. Ce qui donne un aspect, une odeur et un goût parait-il bluffant.

- des « vromages » artisanaux sains aromatisés aux herbes, au piment, au cumin ou à la spiruline.

- des tranches de gouda, du cheddar, des blocs de mozzarella, du parmesan râpé, tous végans et sans enzymes issus de l’estomac de veaux.

- des alternatives au fromage fondant pour pizza.

- des fromages entièrement végétaux à faire fondre comme de la fondue ou de la raclette.

- des fromages bio 100 % végétaux, à base de soja lactofermenté tels des fromages à tartiner, du fromage « ail et fines herbes » qui s’apparente au Boursin mais sans exploitation animale, des classiques à la ciboulette, au basilic, au cumin, au poivre. On trouve aussi des plus originaux au curcuma ou aux algues.

                   
                   
  La généralisation de ces fromages végétaux offre un nouveau marché aux tyrosémiophiles avides de nouvelles étiquettes. Pensez que les premières étiquettes seront des « collectors ».  
                E.D.  
11 avril 2018
 "Santos-Dumont"
                   

Santos-Dumont décolle le 4 juillet 1898 sur le Brazil.

Alberto Santos-Dumont (1873-1932) est un pionnier de l’aviation. Né au Brésil, il passe la majeure partie de sa vie en France où il construit de nombreux dirigeables qu’il pilote lui même.

Quelques représentations graphiques concernent les aéronefs de Santos-Dumont, un article justifiait donc de relater ses exploits.

En 1898, Alberto monte dans le plus petit ballon du monde, qu'il appela "le Brazil". Le diamètre de ce ballon était de 6 mètres. "Le Brazil" gonflé à l'hydrogène réussit à emporter 30 kg de lest. L'ascension se prolongea pendant cinq heures, et se termina près de Pithiviers.

Peut-être est-ce cet exploit qui inspira le "camembert du ballon".

                   

Le 18 septembre 1898, son premier vaisseau aérien, le «Santos-Dumont n°1», installé au milieu du jardin d'acclimatation, voit l'aéronef se précipiter sur les arbres et se déchirer.

Deux jours plus tard, le départ est déplacé et le vol se passe bien jusqu'à une altitude de 400m où le ballon, ce long cylindre, se plie en deux et se met à chuter. Alberto Santos-Dumont s'en sort miraculeusement.

 


Le «Santos-Dumont n°1»,  au milieu des arbres du beau jardin d'acclimatation à Paris.
                   

 

  Santos-Dumont n°6 Alberto Santos-Dumont dans sa nacelle
                   
  En avril 1900, Henry Deutsch de la Meurthe offre un prix à la première machine volante capable de parcourir le trajet aller-retour entre Saint-Cloud et la Tour Eiffel en moins de 30 minutes. Fin septembre 1901, Santos-Dumont réussit l’exploit avec son dirigeable n°6, en 29 minutes et 42 secondes.

Cette étiquette est une allégorie à un lâchage de lest pour monter vers les cieux, telle une distribution de camemberts pour montrer sa générosité.

Les dirigeables participent donc, dans un sens, à la dissémination et la popularité du camembert à travers la France.
                   
   

Le nom de "Santos" se retrouve sur des demi-camemberts.

En 1905, deux dépôts de marque représentant des dirigeables sont déposés à l’INPI (« Lebaudy » et « Santos ») par Antoine Biétron, grossiste à Marseille qui appose ces propres marques sur les boites de fromage qu’il réceptionne.

Nous n’avons pas retrouvé ces étiquettes originales, mais elles ont été commercialisées puisque nous trouvons "Le Santos" sur les factures de l'époque.

   
                   
           
publicité "Biétron" de 1912
 
   
                   
 

De nombreuses années plus tard, en mai 1927, le premier dépôt de marque étant obsolète, Antoine Biétron retourne à l’INPI pour déposer la marque « Santos ». A cette date, cela fait 17 ans que Santos-Dumont ne pilote plus, l’aviation a beaucoup évolué, mais Antoine Biétron continue la commercialisation de ce demi-camembert. Le dépôt reprend le nom de « Santos » un dessin d’un dirigeable plus évolué n'ayant jamais existé sous cette configuration. L’étiquette arbore les couleurs rouge et jaune, caractéristiques des étiquettes du grossiste « Biétron » à Marseille.

 
                   
                   
   
Le dirigeable "Ville de Paris" a semble t'il inspiré l'étiquette "Santos".
   
                   
 

Peu avant la guerre 1939-1945, une autre étiquette "Santos" arbore toujours cet aéronef avec un dirigeable qui se modernise encore.

 
         
       
           
              E.D.    

 


02 février 2018

le salon des collectionneurs de Bagnoles (61)

aura lieu le dimanche 28 octobre 2018, aux communs du château de Bagnoles-de-l'Orne.

   

             
Armelle Destais, tyrosémiophile, organisatrice du salon, présente des classeurs de sa collection. (©Publicateur Libre)
 
 

Installée à Saint-Michel-des-Andaines (Orne) commune déléguée de Bagnoles-de-l’Orne, Armelle Destais a été nommée en 2016 à la présidence de l’association des collectionneurs d’Andaine, qui regroupe une quinzaine d’adhérents. L’association continue d’organiser le salon des collectionneurs de Domfront, mais qui se déroule désormais à Bagnoles.

Pour sa part, Armelle Destais a intégré l’association voilà 20 ans. « Cela s’est fait par hasard, se souvient-elle. Un vendeur à domicile qui était chez moi a vu que je collectionnais les étiquettes de fromages. Comme il faisait partie de l’association de Domfront, il m’a proposé de les rejoindre ».

Cette Saint-Micheloise, a en sa possession de nombreux pin’s, mais aussi des écussons de villes, de régions, mais elle est avant tout tyrosémiophile, . « Quand j’étais ado, ma mère faisait déjà la collection d’étiquettes de fromages de camembert et pont-l’évêque, et elle me l’a transmise ».

Depuis, Armelle Destais l’a enrichie. « J’en ai plus de 50 000 dans des classeurs. Si on les met bout à bout, cela fait environ 13 mètres en linéaire. Je collectionne toutes sortes d’étiquettes grâce à un réseau d’amis, qui pensent toujours à moi pour m’en ramener. On constate que les étiquettes évoluent au fil du temps. Depuis plus de 50 ans, on n’en a jamais jetées à la maison ».

Pour elle, collectionner, « c’est le plaisir d’avoir. Une collection n’a pas de prix et a une valeur sentimentale ». Et elle pense notamment aux 6 étiquettes sorties par la fromagerie de Jort en 1994 pour le 50e anniversaire du Débarquement. « De l’échange pas du business ».

Dimanche 28 octobre prochain, de 9 h à 18 h, ce sont donc les communs du château qui accueilleront le premier Salon des Collectionneurs d’Andaine. L’entrée est fixée à 1 €, gratuite pour les moins de 18 ans. « Notre volonté est avant tout de faire de l’échange, pas du business. Toutes les collections peuvent s’y trouver. Les exposants sont en grande majorité des amateurs et nous invitons quelques professionnels. La nouvelle salle va nous permettre d’avoir plus d’espace et d’accueillir davantage de public ».

 

rédaction E.D. / source : Michel Moriceau ©Publicateur Libre

 

 


23 janvier 2018
"Camembert Étoile"
 
  Louis-Adolphe Demilly (1799-1876), gentilhomme de la chambre du roi Charles XI, exerce le métier de chirurgien. La révolution de 1830 le contraint à changer de vie, il opte pour la chimie et l’industrie. Il fait ensuite de la politique et sera maire de Boissettes (77) de 1860 à 1871. Il fait fortune en utilisant les méthodes de Chevreul pour séparer les corps gras. Milly met au point une application industrielle permettant la production de bougies en stéarine. Elles sont commercialisées sous la marque « Bougies de l’Etoile ».
 
 
   
 

affiche publicitaire
« Bougie de l'Étoile, Grands Prix, Paris 1889-190
0 »
 
  Grace à des changements de produits et de composition, en une poignée d’années, « la puante chandelle, à lumière fumeuse » est remplacée grâce à Milly par « la bougie, si propre et douée d’une flamme si blanche », s’enthousiasme un manuel scolaire de la fin du dix-neuvième siècle. Ces bougies sont commercialisées à partir de 1831 par Adolphe de Milly.  
                   
  La stéarine est une cire faite à base de graisses végétales et de suif de bœuf, elle a surtout la particularité de se consumer proprement, une révolution pour les bougies. Sa combustion est homogène et elle est moins chère à produire. De plus, des innovations sont apportées aux mèches quant à leur niveau de torsadage et de préparation chimique.

En 1838, Louis-Adolphe de Milly acquiert un hôtel particulier, l’hôtel de Montmor, au 79 rue du Temple dans le Marais, et le défigure en le transformant en atelier. Il est possible que la fabrication de ses bougies ait débuté ici.

Devant le succès, Milly participe à l’ouverture d’une usine à Marseille, et transfère dans la capitale sa première fabrique aux portes de Paris, près de « la barrière de l’Etoile », le lieu de passage pour se rendre au Bois de Boulogne (là où se dressera après le premier Empire « l’Arc de Triomphe de l’Étoile »). « Les bougies de l’Etoile » naissent donc ici.
 
             

autre affiche publicitaire "Bougie de l'Étoile"
Puis dans les années 1840, la manufacture de bougies et de savons déménage et s’installe au 40 rue Rochechouart, puis vers 1860 au 19 rue de Calais, et pour la partie nécessitant l’emploi de la vapeur, à la Plaine-Saint-Denis.En 1855, Milly obtient la médaille du conseil en participant à l'exposition universelle de 1855 en tant que fabricant de bougies.
 

Anna Held (Album Reutlinger vol.25 – Gallica BN
F)

 

 
L’électricité arrive en 1879 et à partir du début du XX° siècle, la bougie est de moins en moins utilisée.
Maintenant les bougies sont fabriquées à partir de cires végétales comme la cire de palme, la stéarine végétale ou encore la cire de soja. L’association de cires naturelles et d’abeille font baisser le point de fusion et évitent les brûlures.
                   
  Coté inspiration, "l’étoile de Broadway" n’est autre que Anna Held.
Née en Pologne vers 1869, elle est obligée de fuir à Paris où elle s'installe. Elle débute au théâtre en 1896 et joue à Paris, à Londres, Berlin. Lorsqu’elle rencontre Florenz Ziegfeld, elle abandonne son premier mari et sa fille Liane pour le suivre en Amérique. Producteur de génie, il parvient à exploiter au mieux les talents et spécificités d’Anna.
 
                   

 

Anna Held en 1900 - Photo by Aime Dupont,
courtesy of the U.S. Library of
Congress.
Intelligente et unique en son genre, avec son tour de taille de 45cm, ses yeux très expressifs et sa « french touch » très sensuelle, elle enchaîne les succès sur les scènes de Broadway.
Durant la première guerre mondiale, elle tourne dans des vaudevilles et joue pour les soldats français. Elle retourne à New York en 1917 où elle décède suite à des Myélomes multiples.

affiche publicitaire inversée "Bougie de l'Étoile"
216 x 150 - imprimerie Lemercier
source : Ville de Paris / Bibliothèque Forney
Le « Camembert Étoile » est directement inspiré de l’affiche « Bougie de l’Étoile ». Il reprend le slogan ainsi que le graphisme de la starlette qui soulève un bougeoir.
          .        
  L’étiquette indique « Déposé - P&L - Paris », mais le dépôt de marque n’a pas été déposé. Les Etablissements Peters & Lamotte situés au 86 rue St-Denis deviendront Peters Lamotte & Cie, ensuite J. Peters (Joseph Peters - J.P.) au 75 rue Quincampoix, puis A.J.P. au 73 et 75 rue Quincampoix à Paris.

Le "Camembert Étoile" de Peters & Lamotte a peut-être profité de la célébrité du "Camembert de l'Étoile", de la fromagerie de La Chapelle aux Pots dans l'Oise.
 
  E.D.  

 

5 janvier 2018

Gérard Machavoine, 30 années passées à stocker


Gérard Machavoine possède bon nombre d’étiquettes aujourd’hui disparues. © Droits réservés
 
  Fossiles, objets publicitaires, pin’s, mignonnettes : Gérard Machavoine collectionne... avec un faible pour les couvercles de fromage. Il en possède plus de 50.000.

La tyrosémiophilie consiste à collectionner les étiquettes de boîtes de fromage. Une passion que Gérard Machavoine assume depuis 30 ans passés à stocker des labels sortis de toutes les laiteries de France. De quoi occuper un étage de son domicile.

Après s'être essayé aux fossiles, aux objets publicitaires, aux pin's, puis aux mignonnettes de whisky (il en possède 600), il s'est mis à la recherche de ces ronds de papier qui illustrent les emballages de fromage. Il en possède plus de 50.000 exemplaires.

Il classe ces pièces par département, types de fromages et par laiterie. Avec un souci, la disparition des petits établissements laitiers et l'absence de contenant chez les petits producteurs. Il va même jusqu'à classer les étiquettes en fonction de l'évolution du graphisme. Pire, il reconstitue la scène imprimée, pour la photographier en décor naturel avec des animaux, ou des personnages costumés.

Une vache devant la cathédrale

« Ça n'est pas toujours possible, s'amuse-t-il. J'ai le cas d'un Saint-Florentin, pour lequel le fabricant a pris pour fond de décor la cathédrale de Sens. Or mettre une vache en centre-ville ne serait pas simple. »

Son site internet, les expositions qu'il effectue ponctuellement, le bouche-à-oreille, les échanges, sont propices aux découvertes de pièces rares ou de collections abandonnées. Parmi les pièces les plus anciennes de sa collection, celle d'un fromage de chez Saur, la laiterie auxerroise des années 50 aujourd'hui disparue. Magasinier dans une entreprise florentinoise, Gérard élève aussi des lapins, fait du bricolage, du bois de chauffage, du vélo, répond aux invitations pour animer des colloques sur sa spécialité.

Son souhait ? Fédérer des collectionneurs de différentes spécialités, pour occasionner des rencontres d'échanges thématiques, au fil d'une exposition annuelle multi collections.

L'Yonne républicaine

 
                   

 

1er janvier 2018
"Manon"
 
  Manon Lescaut, est un roman de l’abbé Prévost rédigé en 1731. Le livre était jugé scandaleux. L'auteur publie en 1753 une nouvelle édition de Manon Lescaut. Les qualités humaines du roman séduisirent rapidement le public et feront sa célébrité. Le roman de l’abbé Prévost a donné lieu à des opéras, des ballets, et plusieurs films.  
                   
  Voici le résumé de cette comédie dramatique :

Au moment de quitter Amiens où il fait ses études, le chevalier Des Grieux rencontre dans une hôtellerie Manon Lescaut, venue dans cette ville pour se faire religieuse.
C'est le coup de foudre entre eux, ils s’enfuient et s’installent à Paris.
Mais bientôt, le père Des Grieux le fait enlever sur la dénonciation d’un M. d’Hervilly dont Manon devient la maîtresse.

Des Grieux se retire au séminaire de St Sulpice. Manon vient le revoir et n’a pas de peine à l’arracher à la vie religieuse.
Ils vivent à Chaillot avec le garde du corps Lescaut, frère de Manon qui les exploite et enseigne à Des Grieux à se procurer de l’argent en trichant au jeu. Pris sur le fait, Des Grieux est enfermé à St Lazare et Manon à la prison des Madelonnettes. Ils s’évadent. Mais arrêtés encore une fois, Manon est conduite au Havre, avec des filles de mauvaise vie, puis embarquée pour la Nouvelle Orléans, partout suivie par le fidèle Des Grieux.
En Amérique, ils croient pouvoir jouir d’un bonheur paisible. Mais le fils du gouverneur s’éprend de Manon. Des Grieux le blesse dangereusement et les deux amants, fuyant le châtiment qui les menace, se réfugient dans le désert où Manon meurt de fatigue.
 
   
                   
  L'étiquette "Manon" est tout d'abord déposée à la fin de l'année 1913 par le grossiste marseillais Antonin Frèze.

En mars 1914, Paul Réau, directeur de la fromagerie de Riblaire-Saint Varent dans les Deux-Sèvres, et fabricant de fromages depuis quatre années seulement, dépose quatre brevets de maquette dont "Manon". Il récupère ainsi les droits sur cette marque qu'il devait déjà commercialiser.
 
 
étiquette imprimée par "l'imprimerie provençale" à Marseille
 
                   
 
La comédienne Lina Cavalieri

étiquette imprimée par Grange & Guy à Paris
 
       

En 1881, Jules Massenet (1842-1912) décide d’écrire un nouvel ouvrage lyrique. A partir de l'oeuvre de l'Abbé Prévost, il compose un opéra intitulé "Manon" qui se joue à partir du 19 janvier 1884 à l'Opéra Comique de Paris.

Le rôle de Manon est très disputé. Suzanne Cesbron joue les premières représentations, puis Vallin Pardo, puis Mlle Heilbron qui tombe malade
 et meurt. Mlle Bréjean-Silver est la troisième Manon mais une partition lui coupe un œil. Apparait ensuite M. Thierry puis Mary Garden, Edvina, Lina Cavalieri, et Geraldine Farrar.

Il semble que l'étiquette de camembert ci dessus soit inspirée de l'actrice Lina Cavalieri, qui a joué pendant des années de multiples héroïnes aux Folies Bergères, au théatre du Met, au théatre Verdi, à l'opéra comique...

Natalina dit Lina Cavalieri est une artiste lirique soprano. Elle nait le 25 décembre 1874 à Viterbe (Italie), se marie à Lucien Muratore (1913), Aleksandr Beriatinskij, Giovanni Campari et Robert W. Chanler. Elle meurt le 8 février 1944 lors du bombardement de Florence (Italie) par les Américains.


En 1914, le film "Manon Lescaut" sort au cinéma. Il est réalisé par Herbert Hall Winslow, et le rôle principal de Manon Lescaut est joué par... Lina Cavalieri, accompagnée de son mari le ténor marseillais Lucien Moratore.

           

Les plus belles cantatrices du monde entier ont tenu le rôle de Manon à l'opéra comique. Lina Cavalieri a révélé plus tard avoir eu 840 demandes de mariage. Voici quelques louanges la concernant :

"Mlle Lina Cavalieri, très en voix, a fait applaudir sa grâce charmante et son beau talent dramatique."

"Mlle Lina Cavalieri l'occasion d'affirmer triomphalement ses belles qualités de cantatrice et de comédienne : elle a un charme exquis, une émotion touchante et, dans les passages de force, elle fait preuve d'une belle véhémence."

"Mlle Lina Cavalieri fut d'une grâce adorable, d'une véhémence magnifique : elle a eu, dans les notes aiguës, des accents superbes."

"L'apparition de Mlle Lina Cavalieri, a provoqué un long frémissement dans la salle, que la poésie de son jeu et de sa voix a mise sous le charme."

"L'interprétation fut très belle, sa voix sympathique et souple, son jeu varié qui allie le charme souriant à l'expression puissamment dramatique lui ont valu un très vil' succès."

            E.D.      

 


2018   2017   2016   2015   2014   2013   2012   2011   2010   2009   2008   2007   2006   2005   2004   2003   2002   2001   2000   1999

 retour accueil

marqueur eStat'Perso