Dernières infos - archives 

2017   2016   2015   2014   2013   2012   2011   2010   2009   2008   2007   2006   2005   2004   2003   2002   2001   2000   1999

31 déc. 2007

 

Un oreiller en guise de camembert

"Le camembert va mal. Symbole de la francitude et de l'identité nationale (Brice Hortefeux, ministre du Calendos ?, je rigole mais, je sais, ce n'est pas drôle), le camembert donc est sur la pente descendante, du moins dans sa version industrielle et pasteurisée. Deuxième fromage le plus consommé en France (derrrière l'emmenthal et consorts râpés), il reste le leader dans la famille des frometons à pâte molle et à croûte fleurie (devant le brie, le coulommiers, etc). Mais ses ventes sont en repli. La faute à qui ? La faute à nous et à nos modes de vie.
Nous souhaitons qu'il soit «fait mais pas trop», «pas plâtreux mais pas coulant», «goûteux mais pas puant».
Tout et son contraire.

Or, un bon calendos coule et pue, y a pas à tortiller du bulbe.
Reste que la tendance est à l'affadissement. C'est que les fromages pour enfants, du Kiri au Caprice des dieux, ont fait des ravages en matière de formation du goût. A quoi s'ajoute un problème de stockage. Où est-ce qu'on le met, le calendos qui pue ? Au frigo? Hérésie ! Et si l'hérésie on s'en tape, la senteur schlingante affectera à coup sûr le beurre et tous les restes. A l'air libre, dans la cuisine ? Il faudra aimer de tels effluves au petit déjeuner. Alors, le garde-manger ou la cloche ? Ils se font rares. On ne s'étonnera donc pas que notre bon vieux calendos ne soit guère en odeur de sainteté.

Accompagnant cette tendance, Bridel a lancé, il y a trois ans, un nouveau camembert, baptisé le Moelleux. C'est tout dire. Le nom fait appel au toucher plutôt qu'au goût, plus à la texture qu'à l'odorat. Un camembert-oreiller, en quelque sorte. Hélas, ça n'a pas suffi, on s'en doute, à enrayer l'érosion des ventes. Pour corriger le tir, l'agence de design B&G vient de relouquer le packajingue du dit Moelleux, en l'occurrence son étiquette. Voyez le Avant/Après. Les retouches, apparemment mineures, s'avèrent hautement pensées.

  A gauche, c'est avant, avec les attributs traditionnels du genre camembertien, c'est-à-dire le blason, les armoiries, la médaille. Notons cependant un cerclage gris-bleu pour signifier la douceur, voire la rassurante fadeur. Mais également la présence de l'or, du rouge, du blanc, codes couleur habituels du camembert (manque juste le noir).

Emotionnel ??? Par les temps qui courent, les publicitaires n'ont que ce mot à la bouche. Désolée, je ne comprends pas. «On introduit des éléments émotionnels pour susciter l'envie, sans passer par la case "rationnel"», précise la dame à la journaliste bouchée (mézigue). Je n'entrave pas davantage, mais je devine que l'explication est révélatrice de la gamberge en œuvre, à mon humble avis fort vaine. Ne sachant plus trop quoi faire, on vise l'irrationnel, sur fond de fatras contradictoire.

Ainsi, vous pouvez voir que le cerclage bleu a été conservé, légèrement moins gris, mais toujours pour indiquer un fromage «pas trop typé»,«accessible». Donc un camembert toujours doux… Et si c'était cela le hic ? La juxtaposition de deux termes opposés et inconciliables. Bref, un camembert en forme d'oxymore. Vous en achèteriez vous de l'oxymore goûteux et fade ?"

Marie-Dominique Arrighi

source : http://consottisier.blogs.liberation.fr/marie_dominique_arrighi/2007/06/un-calendos-mot.html

  

29 déc. 2007

 

En cette fin d'année, les parutions florissent,

voici le livre que Pascal et Catherine Caqueret peaufinent depuis des années.

 

"L'HISTOIRE DU FROMAGE AU PAYS DES VINS DE CHAMPAGNE"

 

 

Voici un vrai ouvrage sur les laiteries et fromageries du département de la Marne.

Ce livre est édité à compte d'auteur par deux tyrosémiophiles passionnés d'histoire locale

qui continuent à rechercher tout ce qui concerne l'industrie fromagère dans la Marne

(étiquettes, dépôts de marque, cartes postales, photos, scans, témoignages...)

pour une éventuelle remise à jour et réédition.

 

156 pages dont 41 en couleur (90 documents + 246 étiquettes)

à noter un lot d'étiquettes de fromage offert

prix 29€ + 7€ de port

 

Se le procurer auprès de :

Pascal et Catherine Caqueret - 8 A, rue Emile Cheysson - 51100 Reims

tél: 03.26.08.69.59

pascal.caqueret@laposte.net

11 déc. 2007

 

Mr Ternisien nous confirme la sortie de sa 3ème (et dernière!) édition

de la Laiterie de la Vimeuse à Monchelet.
Elle fait 90 pages dont 22 en couleur. 36 étiquettes dont 35 en couleur.
Principaux complèments par rapport à la 2ème édition de 66 pages:
" Informations et photos supplémentaires fournies en partie par un petit-fils du 1er propriétaire,

un arrière-petit-fils du 2nd propriétaire et des familles d'anciens employés.

Photos des propriétaires + nombreuses autres photos.

Carrioles hippomobiles de ramassage & camions des différentes époques

(tous de Monchelet). Cartes postales, extraits de presse & autres étiquettes etc...
Synthèse aprés analyse du dossier comptable des ventes beurre

et camembert période 1916/1917, tenu pendant les hostilités."

Prix 15,50 euros + 3,80 euros frais de port sous enveloppe matelassée = 19,30 euros.

 

Jean – Marie TERNISIEN

17ter Rue de la Côte

92500 RUEIL MALMAISON

Jeanmarie.t@wanadoo.fr

1er déc. 2007

 

 

Vient de paraître en novembre 2007, le numéro spécial de la S.H.G.B.E.

(Société Historique et Géographique du Bassin de l'Epte)

 

Y sont traités les deux sujets inédits suivants :

- 15 pages sur le beurre de Gournay par Yves Bègue et Michel Mille

- 19 pages sur les fromages de Gournay, Malakoff et Impériaux par Lionel Gaudefroy

illustrations en couleur et en noir et blanc avec reproductions d'étiquettes de fromage, cartes postales, factures...

 

Pour toute commande, s'adresser à

Lionel Gaudefroy, 57 rue de la République, 76000 Rouen

ph.gaudefroy@orange.fr

prix de l'ouvrage : 18€ + 3,77€ de frais de port = 21,77€

34/192 pages - étiqs couleur et N&B

 

14 nov. 2007

 

Si vous avez raté le reportage "la guerre des camembert",

diffusé sur Arte le 13 nov. et qui dure 45 mn,

et qui fait le point sur le camembert au lait pasteurisé, le camembert au lait thermisé,

et le camembert AOC au lait cru

vous avez la possibilité de le télécharger sur le site d'Arte.

25 oct. 2007

 

Avec l'aide d'Etienne de Banville,

voici un premier inventaire recensant les jeux de mots tyrosémiophiles.

Cette rubrique, selon son évolution et son importance,

pourra être accessible directement depuis la page d'accueil.

12 oct. 2007

 

 

Voici ci-dessus un ordre d'idée de la répartition en France

des collectionneurs d'étiquettes de fromage (décédés + vivants réunis),

en fonction des couleurs (sources: anciens bulletins du CTO et du CTF + carnet d'adresses perso).

Bien entendu la région d'origine des fromages normands est fortement représentée,

suivit de la région parisienne dûe à sa proximité, son nombre d'habitant et ses grossistes,

ainsi que la région du Maine, région d'origine du premier club (CTO - Club Tyrosemiophile de l'Ouest).

 

Les fromages ont été consommés et collectionnés partout,

et maintenant à l'heure d'Internet, cette collectionnite touche toute la France,

et aussi beaucoup de pays...

10 oct. 2007

 

un peu d'humour (trouvé sur le web):

un camembert bien particulier

17 sept. 2007

 

Non Mr X, je ne casse pas du sucre sur le club,

c'est la seule structure qui existe et je n'ai pas l'intention de la démonter,

je m'en tiens simplement aux constatations.

Mais vous qui avez été vice-président et secrétaire du CTF de 1998 à 2002,

comment se fait-il par exemple qu'aucun chiffre et aucune statistique

de l'évolution du club ne soient sortis depuis 1995,

Comment peut-on mener une politique tyrosémiophile sans chiffre ?

 

21 août 2007

 

En vue d'une exposition dans une maison de retraite de Vendôme (Loir et Cher)

ouverte au public, je recherche un collectionneur qui pourrait nous confier pendant deux semaines une collection

de boites de fromage qui étofferait une présentation sur la vigne et le vin et cela pour le mois d'Octobre.
Je suis bénévole et présidente de l'Association des Amis des Tilleuls qui aide et favorise les projets de l'animatrice.
Merci d'avance pour toute personne intéressée par ma demande.

Josette MARTINET  - 2 rue Geoffroy Martel
41100 Vendôme - Tel Fax 02 54 77 07 62
         
josette.martinet@tiscali.fr

18 août 2007

Petites précisions de Mr Jacques Niesporek concernant deux tyrosèmes :

 

L'étiquette passe-partout “ Fromage du château de Bellevue ”

était utilisée par la fromagerie Jean Schwab,

qui a fonctionné à Breuvannes-en-Bassigny de 1917 à 1991

et aussi par la fromagerie de La Chapelle aux Pots.

L'étiquette “ Le Petit Célestin ” avec, au bas, A.T.

a été utilisée par la fromagerie de Cohons,

après le décès du propriétaire monsieur Gustave Gros,

sa veuve s'était associée à monsieur Arthur Thirion en 1926.

18 juillet 2007

Opération "échanges" réussie pour la bourse-expo du 28 juin à Dieppe (55)

De gauche à droite : Mr Jean Muteler (maire de Dieppe-sous-Douaumont) - Mr Hurault Jacques (ancien fromager de Dieppe-sous-Douaumont) - Mme Hurault (épouse) - Mr Dongé (ancien fromager de Triconville) - Mme Mangin (tyrosémiophile) - Mme Dongé - Mr Loevenbruck (ancien fromager) - Mme Loevenbruck (épouse) - Mr Cruchet (président du CTF)

19 juin 2007

 

 

Exposition tyrosémiophile le dimanche 24 juin à Dieppe-sous-Douaumont (Meuse)

organisée par le CTF et Mr et Mme Hurault (anciens fromagers)

Toute la journée se tiendra une bourse d'échanges d'étiquettes,

et une exposition de panneaux par Mr et Mme Delorme et Mr et Mme Mangin.


 

15 juin 2007

 

Voici un bon exemple de mise en abime qui donne une idée de l'infiniment petit :


6 juin 2007

 

De la graine de tyrosémiophile sur ce lien

 

http://sainte.vertu.chez-alice.fr/tyrosemiophile.htm
 

26 mai 2007

 

Un article de 4 pages sur la collection de Denis Morainne

vient de sortir sur "collectionneur & chineur" (n°16)

 dans tous les bureaux de presse jusqu'au 1er Juin.
 

09 Avril 2007

Les matières grasses du fromage

Selon le décret n°88-1206 du 30 décembre 1988, la dénomination "fromage" est réservée au "produit fermenté ou non, affiné ou non, obtenu à partir des matières d’origine exclusivement laitières suivantes : lait, lait partiellement ou totalement écrémé, crème, matière grasse, babeurre, utilisées seules ou en mélange et coagulées en tout ou partie avant égouttage ou élimination de la partie aqueuse". Si le fromage doit obligatoirement avoir une teneur en matière sèche d’au moins 23 grammes aux 100 grammes, aucune teneur minimale en matières grasses n’est plus imposée, ce qui permet l’appellation "fromage" pour les allégés.
Actuellement, le taux de matière grasse figurant sur l’emballage est calculé sur la matière sèche, c’est à dire sur le fromage débarrassé de son eau. Et non sur 100 g de fromage prêt à consommer, ce qui change tout !

Eh oui, n’en déplaise aux adeptes du light, ce qui fait la saveur du fromage c’est le gras qu’il contient en plus ou moins grande quantité. Comme il est très difficile de savoir exactement quelle proportion de matière grasse renferme le fromage, la réglementation se propose de mettre un peu d’ordre dans le fouillis actuel des informations fournies aux consommateurs.

 

Que trouve-t-on sur l’étiquette ?


De plus en plus souvent, on voit également apparaître sur l’étiquetage le taux de matière grasse

calculé sur le poids total et non pas sur la matière sèche.

• Fromage blanc à 40 % de matière grasse :
Composition : 80 % d’eau et 20 % de matière sèche
Le "40% M G" concerne les 20 % de matière sèche
Taux réel de matière grasse : 40 x 20 % = 8 %

• Camembert à 45% de matière grasse :
Composition : 55 % d’eau et 45 % de matière sèche
Le "45 % M G" concerne les 45 % de matière sèche
Taux réel de matière grasse : 45 x 45 % = 20,2 %


• Autres indications :
"0% de matière grasse" : le fromage est fabriqué avec du lait écrémé
"maigre" : le fromage renferme moins de 20 % de matière grasse sur matière sèche
"allégé" : le pourcentage de matière grasse est compris entre 20 et 30 %
"gras" : le pourcentage de matière grasse est compris entre 50 et 60 %
"double crème" : les matières grasses représentent de 60 à 75 % de la matière sèche
"triple crème" : le pourcentage de matière grasse est supérieur à 75 %
"fermier" : le fromage est fabriqué selon les techniques traditionnelles par un producteur agricole

ne traitant que les laits de sa propre exploitation sur le lieu même de celle-ci.
"AOC" : le fromage satisfait à des critères précis fixant la zone de collecte du lait,

les traitements appliqués, le temps d’affinage, la présentation.

• Les fabricants ne sont pas tenus de mentionner le pourcentage de matière grasse

sur les fromages bénéficiant d’une AOC ou fermiers.

06 mars 2007

  

Du 16 mars au 27 octobre 2007

"Tous à table"

dans le Vaucluse (84)

MUSEE DU CARTONNAGE ET DE L’IMPRIMERIE
3, avenue Maréchal Foch
84600 VALREAS


L’exposition présente des objets et des documents issus du domaine

de l’alimentation de la fin du XIXe siècle à aujourd’hui.
Affiches, buvards, pages de revues, protège-cahiers, boîtes en carton,

éventails vantent les mérites des marques alimentaires au renom parfois international

(La vache qui rit , Lustucru, Maïzena,  Van Houten, Amora…).

Ces pièces de collections sont révélatrices de l’histoire du goût,

au gré de l’évolution des techniques et de l’esthétique.
Ces pièces de collections sont révélatrices de l’histoire du goût, au gré de l’évolution des techniques et de l’est

02 fév. 2007

 

Exposition actuellement au musée municipal de Parthenay (79) et jusqu'au 24 Mars 2007

"Du fil à la pâte, l'agroalimentaire à Parthenay" 

  

Le développement de l’industrie à Parthenay, depuis la Révolution, est le thème d’une série d’expositions temporaires qui se déclinent dans le temps : l’industrie agroalimentaire et ses dérivés est le premier sujet traité. Depuis la Révolution, les deux pôles d’activité économique de Parthenay sont concentrés sur l'artisanat local gravitant autour de l’industrie drapière et du travail des peaux, bien qu’en nette régression. Ainsi, en 1789, on dénombre 32 fabricants d'étoffes. En 1840 ils sont 18 et le processus est en nette régression : en 1843, il ne reste que 8 fabriques et 4 fabricants en 1870. La dernière filature de Parthenay ferme ses portes en 2005.
L'activité agricole est importante et le marché aux bestiaux draine un grand nombre de gens. Ce développement se concrétise véritablement à partir de la seconde moitié du XIXe siècle, avec l'arrivée du chemin de fer, du tramway et la colonisation de toute la plaine à l'est de la ville médiévale. Les progrès technologiques transforment la ville et, avec son expansion urbaine, Parthenay connaît un accroissement de sa population. Elle compte jusqu’à 13.000 personnes lors du recensement de 1975. L’économie est florissante grâce à l’installation des unités industrielles et à la fondation d’un grand pôle agroalimentaire.

    
Laiteries et fromageries, fabriques de conserve, de limonade, de chocolat…

vont donner à manger et donner du travail à des nombreux parthenaisien.

Des marques vont être déposées :

CAMEMBERT DE LA PORTE SAINT-JACQUES, PATES PANZANI, CAMEMBERT DU PRIEURÉ…


Cette exposition tente de retracer cette histoire pas si lointaine et pourtant peu connue

• Visites commentées (les 09/02 ; 23/02 ; 15/03 et le dimanche 25/03 à 16h30)
• Rencontre/débat avec les auteurs qui ont collaboré aux recherches sur le sujet.

Un catalogue d’exposition de 136 pages (15 euros), accompagné d’un DVD

(en collaboration avec l’association Caméra Photo-Club de Parthenay à 5 euros)

est édité par le musée municipal.

 Renseignements et réservations : 05 49 94 92 57 - 05 49 64 53 73

2017   2016   2015   2014   2013   2012   2011   2010   2009   2008   2007   2006   2005   2004   2003   2002   2001   2000   1999

 retour accueil

marqueur eStat'Perso