Dernières infos - archives 

2017   2016   2015   2014   2013   2012   2011   2010   2009   2008   2007   2006   2005   2004   2003   2002   2001   2000   1999

29 déc. 2006

 

Suite entre autre au manifeste de ce site, il semble que le bureau du CTF ait décidé

de bouger un peu et commence à prendre de meilleures orientations

avec une assemblée extraordinaire provoquée, un site Internet prévu,

et cinq lignes sur les étiquettes des Basses-Pyrénées dans le dernier bulletin.

 

Donc nous pouvons constater une évolution dans le bon sens... à suivre !

 

   
   

Assemblée Générale du 29 oct. 2006

 

21 déc. 2006

COLLECTIONNEUR. -- Depuis cinq ans, Marc Landreau récupère les emballages des plaquettes et mottes de beurre. Un travail de fourmi qui lui a permis de retracer l'histoire des laiteries de la région --

Son petit bonheur est dans le beurre : Laurie Bosdecher  

 

 

Marc Landreau aime le beurre mais le consomme avec modération. Ce qui l'intéresse, ce sont les vieux emballages qui témoignent d'une riche activité artisanale dans le passé

Un ancien soudeur qui collectionne des papiers de beurre. Où est l'erreur ? Marc Landreau a bien été durant une partie de sa vie soudeur, précédemment forgeron agricole à Pouillac près de Montlieu-la-Garde. Depuis qu'il est à la retraite, c'est-à-dire depuis cinq ans, il se passionne pour ces emballages qui dans la plupart des ménages, une fois la plaquette ou la motte consommée, vont directement à la poubelle.

« Je suis un butyrupapiphiliste », clame-t-il. A la lettre B des dictionnaires, pas de butyru... machin truc. Il faut aller dans les bibles des collectionneurs pour trouver la signification du terme qui effectivement désigne le collectionneur de papiers de beurre. Ils ne sont qu'une poignée comme lui en France. A moins d'être amoureux de la matière grasse ou d'avoir travaillé toute sa vie dans une laiterie, difficile en effet d'imaginer un quelconque citoyen terrestre s'intéresser à ce sujet. « Ma fille collectionnait les opercules des pots de yaourts et de fromages. Je me suis dit pourquoi ne pas me lancer dans le beurre », explique-t-il. 

Papiers dorés et argentés. L'homme a approvisionné ses grands classeurs de 450 emballages. « Je n'ai pas mangé tous les contenus, je surveille mon cholestérol », précise-t-il. Marc Landreau ne se contente pas des papiers récents. Il court brocantes et salons, rencontre anciens laitiers pour trouver son bonheur. Ses étiquettes argentées et dorées révèlent mille et une histoires sur les anciennes laiteries de la région. « Il y en avait beaucoup jusque dans les années 60. Après, beaucoup ont fermé », raconte-t-il.

Ses plus anciennes trouvailles remontent aux années 50. Sur les emballages sulfurisés ou en aluminium paissent des vaches sur fond verdoyant. Les caractères imitent des lettres écrites à la plume. Et chaque étiquette se doit d'afficher toutes les médailles obtenues. Celui du beurre de Fontbouillant de Montguyon affiche ainsi en 1955 32 médailles d'or, 55 vermeil et mentionne « beurre superflu sans mélange ». « Cela signifiait qu'il était fabriqué à partir du lait de vaches du même canton. Aujourd'hui, les origines ne veulent plus dire grand chose. Quand on pense que le beurre de Baignes part en Haute-Garonne pour être écrémé puis traverse la moitié de la France pour être transformé en beurre en Vendée... »

Le Royal d'Aunis en 5 kg. Le Super beurre de la vallée de la Seugne, fabriqué au moulin d'Issac à Clion, les Noisettes des Charentes, du Gua, la Fontaine des Veuves, de Saint-Pierre-de-l'Isle, les beurres de Chadenac, Chepniers, Villars-en-Pons ont disparu depuis belle lurette ou leur marque a été absorbée par de plus grandes laiteries. La fabrication de beurres artisanaux n'est plus aussi abondante qu'avant mais la collection de Marc Landreau témoigne d'une activité encore assez conséquente dans le département. Il n'a ainsi eu aucun mal à retrouver les emballages du Royal d'Aunis fabriqué à Courçon et encore vendu en motte de 5 kg ou ceux du beurre de Surgères sel, demi-sel ou doux.

« Au delà de ces jolis papiers, j'aime cette collection, car elle me permet de voir l'évolution des moeurs. Regardez, avant il n'y avait aucun code sur les étiquettes. Maintenant, c'est truffé de sigles pour le recyclage, le code barre, l'appellation, l'identifiant européen. En revanche, les couleurs or et argent sont restées sur les emballages. »

 

15 déc. 2006

 

Un mini site sur le département de l'Aisne :

http://perso.orange.fr/essaim77.tyroseme/

10 déc. 2006

 

Le responsable de l'animation à l'Office de Tourisme de Royat-Chamalières (banlieue de Clermont-Ferrand)

recherche un exposant d'étiquettes de fromages pour agrémenter sa semaine thématique sur le fromage,

qui se déroulera du 23 au 29 avril 2007.

Si quelqu'un est intéressé pour exposer, vous pouvez vous adressez à :

DOMINIQUE FUMEL
Responsable Animation
OFFICE DE TOURISME
1 avenue A.ROUZAUD
63130 ROYAT

 

animation.ot.royat@wanadoo.fr
Tél / Fax : 04 73 35 84 65

 01 nov. 2006

 

EXPOSITION DE MICHELLE MANGIN

ANNULÉE MALHEUREUSEMENT

ET REPORTÉE SANS DOUTE L'ANNÉE PROCHAINE

 

 

contact : mmtyro@wanadoo.fr

 29 sept. 2006

 

 

POURQUOI

 

dans l’état actuel des choses

 

nous ne renouvelons pas notre adhésion au C.T.F.

 

 

Voici venir le moment de l’Assemblée générale du Club, qui est habituellement le moment du renouvellement des adhésions au club. Nous sommes un certain nombre d’adhérents qui partageons l’essentiel de l’analyse qui suit et qui, à partir de là, constatant que toute tentative d’évolution interne du club est actuellement totalement vouée à l’échec, avons choisi de ne pas renouveler notre adhésion en 2007. Voici pourquoi.

 

 *

 

Le C.T.F. ne fonctionne aucunement selon les principes associatifs : collégialité, débat, transparence, délégation, initiative.

 

La nomination d’un Bureau de l’association est purement formelle : aucune réunion, pas de compte-rendu, pas d’initiative de débat. Et notamment aucune possibilité pour tout membre du Club de prendre connaissance de la liste des adhérents : là, on atteint la négation même d’un mouvement associatif !

 

L’information est totalement centralisée et, si elle est parfois très partiellement redistribuée, elle ne l’est que selon le bon vouloir du Président. Ce dernier s’autorise également des modifications unilatérales, jamais négociées, aux articles ou annonces publiés dans la revue. De même la mention d’un Comité de Rédaction de la revue est purement formelle, puisque, là aussi, il n’y a ni confiance ni délégation (personne ne peut représenter le C.T.F. en dehors de son Président), ni discussion.

 

Cette situation n’est pas nouvelle ; bien au contraire, elle perdure depuis des années. Durant cette (trop) longue période, des membres du Bureau ont pu faire la cruelle expérience de leur inutilité.

 

Un questionnaire de satisfaction du type oui/non ne peut bien sûr pas remplacer une discussion. La petite feuille bien peu lisible qui le contenait dans le dernier numéro de la revue comportait également des thèmes méritant bien autre chose que des questions fermées :

- la place des achats/ventes dans nos pratiques de collectionneurs : mais combien d’adhérents du C.T.F. n’ont ils JAMAIS pratiqués une seule vente ou un seul achat ?

- le titre de la revue doit il évoluer ? Poser cette question, c’est s’interroger sur le contenu de la revue. Depuis combien de temps n’y a-t-il pas eu un seul article sur… les étiquettes ? Par exemple, pas une seule mention des modifications réglementaires des étiquettes (taux de m.g., notamment). Ne peut-on imaginer d’autres thèmes d’articles ? pourquoi ne pas annoncer des numéros thématiques et demander des contributions (à parution non modifiée) aux adhérents ou à des personnes extérieures ? etc.. ;

- de même, pourquoi changer la dénomination même du C.T.F. ? On ne sait pas les arguments à la base de cette proposition. ; s’identifier comme pôle actif du patrimoine, peut-être, mais comment ? pour quoi faire ? avec quelles pratiques ?

 

Toutes ces questions n’ont aucun lieu, aucun temps pour être posées, puis débattues, avant que des conclusions pratiques en soient tirées, annoncées et mises en œuvre. D’autres fonctionnements sont possibles, en revenant à des pratiques de réelle démocratie associative, appuyées notamment par un recours maîtrisé aux possibilités ouvertes par la télématique.

 

On l’aura compris : ce mode actuel de fonctionnement totalement centralisé et personnalisé porte un nom, celui de fonctionnement royal. Le C.T.F. doit-il donc continuer à s’accommoder d’un président royal ?

 

Nous ne le pensons pas. L’expérience historique montre que les capacités internes de renouvellement des régimes royaux purs et durs sont inexistantes.

 

Ce que nous voulons manifester par notre refus de renouveler notre adhésion au C.T.F. dans ce contexte que nous venons d’évoquer, c’est notre volonté de voir cette situation prendre fin le plus rapidement possible ; notre geste ne peut que précipiter les évolutions indispensables.

 

Les soussignés

Prénom & Nom

N° C.T.F.
Etienne De Banville 2772
Nicole Roujanski 870
Eric Delpierre 1619
Patrick Leconte 1660
Serge Schéhadé 2390
Michel Renouis 593
   
   

 

A cette liste, nous imaginons qu'il faut ajouter tous les mécontents qui ont déjà quitté le club,

ainsi que ceux qui ne veulent pas y adhérer pour ces raisons précises.

 

Pour une autre composition du CTF et une vision différente du club : webmestre

 

 24 sept. 2006

 

 

La première exposition d'étiquettes de camembert

de Françoise Camus-Deharbe ,

férue tyrosémiophile du nord de la France,

se tiendra

du 27 septembre jusqu'au 31 octobre

 à la bibliothèque de Soissons (02)

 

contact : fcamus.deharbe@wanadoo.fr

 23 sept. 2006

 

L’Enilia de Surgères (17) fondée par Pierre Dornic en 1906 fête ses 100 ans

du 12 au 15 octobre 2006

Des expositions retraçant la vie des laiteries de cette région sont prévues

avec de nombreuses participations dont celle de notre "tyro-babigeot-national" Marcel Gousseau

ainsi que Jean-Jacques Gratadoux qui expose sept planches de tyrosèmes

dont deux sur les personnages historiques.

12 oct : 14h-17h

13 oct : 7h-19h

14 oct : 7h-19h

 

ENILIA - Avenue F. Mitterrand - 17700 Surgères - Tél : 05 46 27 69 00

 31 août 2006

 

un lien bien sympathique :

http://www.cestac.com/expocamembert/camembert.html

 22 août 2006

 

Jean-Pierre, fondu d'étiquettes de fromage

(source : granville.maville.com)

 

 

Jean-Pierre Sabat, membre de l'association

des cartophiles et collectionneurs granvillais,

participe à la bourse toutes collections à l'espace

Cambernon de Granville, afin d'échanger ses

étiquettes avec d'autres tyrosémiophiles.

 

 

Jean-Pierre Sabat, 68 ans, est atteint de tyrosémiophilie !

 Ce n'est pas une maladie. C'est une passion. Celle de collectionner les étiquettes de fromage.

 

Vous possédez 25 000 étiquettes de fromage. C'est beaucoup ! D'où vous vient cette passion ?

J'ai commencé cette collection il y a 16 ans. Des problèmes de santé m'ont contraint à cesser mon travail assez tôt. Pour m'occuper, j'ai commencé à classer les étiquettes de fromage que ma femme conservait. Et puis, je me suis laissé prendre au piège. Aujourd'hui, je suis membre du club national de tyrosémiophilie et de trois associations, à Granville, Bréhal et Vire. Je participe à de nombreuses bourses et je fréquente aussi les foires aux vieux papiers. Mais dans l'ensemble, je préfère échanger qu'acheter.

 

Comment détermine-t-on la valeur d'une étiquette ?

C'est un peu à la tête du client. Ca va de 0,20 centime d'euros à 200 €. En 1996, j'ai sollicité une fromagerie pour obtenir l'étiquette d'un Livarot. On m'en réclamait 60 F. J'ai laissé tomber. Trois mois plus tard, je l'ai trouvé dans une bourse d'échange.

 

Quel est l'intérêt de collectionner toutes ces étiquettes ?

C'est avant tout pour la beauté du graphisme. Les dessins, les couleurs, les mentions spéciales évoluent au fil des années. Moi, je les classe par thème : les femmes, les couples, les vaches, les chats, les coqs... Il y a aussi des variantes avec des mentions spéciales, des offres de réduction, des cadeaux à gagner... Regardez cette pièce, n'est-elle pas magnifique ? Sa conception remonte à la première guerre mondiale.

 

Dans les magasins, vous passez toujours par le rayon fromage ?

A ça oui alors ! Vu que j'en mange matin, midi et soir. J'achète systématiquement les nouveautés. Elles peuvent sortir tous les 15 jours ou une fois par an. Cela dépend aussi du distributeur. Leclerc ou Leader Price n'ont pas les mêmes produits. Je jette aussi un coup d'oeil au rayon découpe car, souvent, les étiquettes de tomme ou de saint-nectaire sont très jolies.

 

Votre collection peut-elle encore s'étoffer ?

25 000 étiquettes, c'est peu. Je connais un Suisse qui en possède 170 000, mais sa collection est internationale. Moi, je me limite aux fromages français. J'ai juste un petit classeur consacré aux produits étrangers et un autre à la Vache qui rit. Mais la Vache qui rit, c'est tellement prisé, que c'est très dur à acquérir."

Propos recueillis par

Catherine Lemesle

21 mai 2006

Le livre "Mille et une ETIQUETTES DE FROMAGE"

ne paraîtra pas en 2006 mais en 2007

 16 mai 2006

A l'occasion de la présentation

du tableau "L'Angélus" de Millet

dans l'émission "D'art d'Art",

France 2 donne l'occasion

de faire découvrir aux téléspectateurs

l'étiquette "Camembert de l'Angélus"

 

visualiser la vidéo

03 mai 2006

 

"Un siècle d'industrie laitière en Ille-et-Vilaine, beurreries, laiteries, fromageries de 1850 à 1950"
samedi 6 mai à 15 h30 à Cesson-Sévigné (35)

au Carré Sévigné - 1 boulevard de Dézerseul - entrée et parking gratuits

dans le cadre du 7ème congrès généalogique de Bretagne


par Maurice Lécrivain, tyrosémiophile.
Nos ancêtres et l'essor industriel laitier en Ille-et-Vilaine.
 

02 mai 2006

«Je suis d’origine normande, tout s’explique » ironise-t-il. Le Salon est pour lui l’occasion d’assouvir sa « manie »

Depuis plus d’un quart de siècle, Marc Chapellière, 41 ans, collectionne et archive les étiquettes de fromage. Au gré des stands, il glane ces précieux morceaux de papier de toutes les formes, selon l’inspiration des peintres et designers. Il en possède déjà plusieurs dizaines de milliers « récupérées au hasard ». Une modeste collection, selon lui. « Il y a des moments de ma vie où je m’en suis davantage occupé. » Pourtant, il appartient au club CTF, dont les membres se rencontrent plusieurs fois par an, notamment pour la grande messe de septembre. Le modèle dont il est le plus fier ? Celui du Poilu : « Il s’agit de l’étiquette d’un camembert avec la tête d’un soldat de la guerre 14-18. Il en existe deux versions, je les possède toutes ! » Cette passion demeure solitaire. Jusqu’à présent les collectionneurs s’échangeaient leurs précieuses vignettes, sans trop se connaître. Avec Internet, les étiquettes se monnaient désormais « entre deux et 150, voire 200 euros. » Sur le Salon, Marc ne vient pas que pour l’emballage, mais aussi pour « l’ambiance, les rencontres et, bien sûr goûter les bons fromages en amateur. »

Marc Chapellière recherche les étiquettes de fromage

qui pourront compléter sa collection.
Sixtine de Villeblanche -
http://www.endirectdusia.com

 03 avril 2006

Les 10ème fêtes caprines du Val de Drôme sont de retour avec le printemps

 le dimanche 23 avril à LA REPARA-AURIPLES (26)
De 9 h à 19 h, la journée entière pour tout voir, tout entendre, tout
apprendre… Le village sera transformé en un espace festif et caprin par les artistes et les habitants.
- ESPACE ARTISTICO LUDIQUE DES ENFANTS. Les écoles de La Répara-Auriples,
Autichamp et Divajeu animent avec « Courre-Chasse et Mandragore » un espace d’exposition et de jeux.
- CHEVRES ET CHEVRIERS - troupeau de chèvre et visite de chèvrerie -
Exposition « L’élevage caprin en Rhône-Alpes »

- La filière caprine Drôme/Ardèche : démonstrations et dégustations.
- LE GRAND MARCHE CAPRIN ET GOURMAND - Les fromages de chèvre Drôme-Ardèche

- L’artisanat caprin - Les produits de terroir : vins, miel, pain, charcuterie…
- ANIMATIONS - Randonnée pédestre Saoû-le-Péage avec les « Bienfêteurs du
picodon » - La « librairie caprine » en présence de plusieurs auteurs -
Démonstration de chiens de troupeau - Conférence « les races caprines locales »

avec Coralie Danchin – Institut de l’élevage - Dégustations sensorielles : Paul le Mens

- DIAPORAMA « LES ETIQUETTES DE FROMAGE DE CHEVRE » par Etienne de Banville.
- SPECTACLES -  « La Grande Chahuterie » carte blanche au Grand Chahut
Collectif : 17 musiciens - «  A la recherche de la bique » randonnée
musicale – « Ah ! v’la les biquettes » avec son invitée : « la  chèvre articulée »

- déambulations dansées l Les chèvres facétieuses  - Patrice
Boiraud & Markus - Carton jaune - Le Taraf des 3 Becs…
- BOUC ET FINAL : Mazette la Belle Chahute - bal musette par le Grand Chahut Collectif
- RESTAURATION SUR PLACE : Bouchées caprines sur les stands du marché,

chèvres chauds et assiettes de terroir à la buvette.
"Les Caprines"- Ecosite du Val de Drôme - 26400 Eurre - tel/fax 04 75 25 82 73
www.lescaprines.com

 22 mars 2006

 expo sur le lait et ses dérivés

 à la bibliothèque de Chatenay-Malabry (92)

 du lundi 13/03 au vendredi 07/04

 avec la participation de Lionel Gaudefroy

plan d'accès

22 mars 2006

Toujours pas d'excuses de Mr Dervin (dépt 51)

pour son plagiat

du site "letyrosemiophile.com"

et du travail de Mr Caqueret

 

    

25 fév. 2006

Article de 9 pages consacré à la tyrosémiophilie

dans "Collection Magazine" de mars 2006

en vente dans tous les bureaux de presse.

20 fév. 2006

SORTIE DU LIVRE D'ETIENNE DE BANVILLE LE 13 MARS:

 

Passionné par la fabrication du fromage,

Etienne de Banville s'est pendant plusieurs années penché

sur la fourme de Montbrison et la fourme d'Ambert, leurs appellations, les techniques fromagères, les familles et groupes laitiers ainsi que leur devenir, deux fromages qui entrent désormais dans une nouvelle ère.

Et le petit plus, de nombreuses étiquettes de fromage (N&B) ! Normal pour un tyrosémiophile.

 

Sortie effective en mars 2006

bon de commande

17 fév. 2006

Article trouvé sur "l'avenir agricole" n°1235 du 17 février 2006

Le tyrosémiophile, une bête rare ? Non : il collectionne les étiquettes de fromages. Mais c'est un drôle d'animal tout de même : suivez
la visite avec Marcel Gousseau, 20 000 étiquettes au compteur. «A la maison, il y en a à la cave, au premier étage, et au deuxième ! »

Une collection, ça prend de la place. Et ça prend de la vie : « C'est une passion », et c'est rien de le dire. Marcel Gousseau est intarissable. Sur la table de sa cuisine, à Mayenne, un courrier : il a reçu de nouvelles étiquettes le matin même, tandis qu'il vient d'écrire à la mairie d'un petit village d'Auvergne, Le Bézenet : « J'ai découvert qu'un fromage était fabriqué là-bas. » Son histoire d'amour avec les étiquettes de fromage a commencé en 1969 et n'a pas cessé depuis. 20 000 étiquettes de fromages français sont conservées précieusement, « une collection qui ne sort jamais de la maison ». Pourtant, s'excuse Marcel Gousseau, « j'ai des copains qui en ont 200 000... » Pour La Vache qui rit, il n'en a « que » 1 200 sur 5000.

En 1969, donc, Marcel Gousseau étudiait à l'Ecole nationale de l'industrie laitière en Charente. Ce fils d'agriculteurs commença à garder des étiquettes. « Je les trouvais belles. » Et il chargeait ses camarades de lui en ramener de leur région d'origine. Puis, il a rejoint le Club tyro. de France, 1000 adhérents aujourd'hui. « Le vrai collectionneur ne vend pas d'étiquettes, il échange (1). » Pour cela, le Club est incontournable. A partir de ce moment, le plaisir du collectionneur évolue. Il ne s'agit plus seulement de garder une étiquette parce qu'elle est belle, mais parce qu'elle est rare. « On rêve toujours des anciennes » avoue Marcel Gousseau, celles du Poilu, par exemple. Ou alors, on veut une étiquette parce qu'elle complète une série, ou parce qu'un médaillon a changé. Et les médaillons changent souvent, avec des jeux ponctuels, des détails qui disparaissent dans le graphisme, etc. La réglementation aussi a fait évoluer les étiquettes. C'est même un outil de datation : la première étiquette comportant la teneur en matières grasses date de novembre 1935. « Le 0 % de matières grasses date d'après la guerre, quand on on avait besoin de beurre. » Les codes laiteries ont été attribués à partir de 1954, les départements « inférieurs » évoluent en 1955 : Charente- Maritime, Loire-Atlantique ont fait leur apparition. L'AOC a vu le jour en 1983 et la date spécifique de consommation est obligatoire depuis 1992. Tout ceci est précieux, comme le sont pour le collectionneur, ces étiquettes anciennes où pratiquement aucune de ces mentions ne sont inscrites. Par exemple, sur celle-ci, on lit simplement « Camembert normand », sur celle-là « Fromage - Fabriqué en Maine-et-Loire ». Au-delà du plaisir de garder de belles images, ce qui motive Marcel Gousseau, c'est ce que portent ces étiquettes : « Derrière, il y a l'histoire des laiteries. » C'est un voyage dans le temps, à l'époque où on utilisait un même modèle d'étiquettes pour vendre du Maroilles, du Vieux-Lille ou du Coulommiers.

Dans sa quête d'étiquettes, cet ancien de chez Besnier a fait le tour des laiteries, des greniers. C'est la France, et ses 1 000 fromages, qui se retrouvent dans ses cahiers. Des cahiers témoins de l'évolution de l'industrie laitière, des entreprises qui ont disparu, de celles qui ont prospéré. A chaque page, une anecdote : « Il faut savoir qu'il s'est fabriqué du Livarot en Mayenne ! C'était à la laiterie du Genest-Saint-Isle, qui n'existe plus. » Quant à l'étiquette noire des Bons Mayennais, elle est rare parce qu'elle a été commercialisée très peu de temps. Le noir ne faisait pas vendre. Des Bons Mayennais qui s'appelaient autrefois Les Becs fins, mais qui ont du changer à cause d'un fromage qui s'appelait Fin bec. Cette quête de plaisirs n'est pas sans efforts. Pour la collection, on doit savoir faire des sacrifices : il faut en manger du camembert ! Ceux-ci finissent parfois au congélateur... 1- Chez le marchand, une étiquette rare peut atteindre 150 euros, « mais je n'ai jamais mis ce prix-là ! » assure Marcel Gousseau.

                                                                                                                                                                 Auteur : Rémy Hagel

9 janv. 2006

Une énigme en partie résolue

 

Le moulin se situe bien en Belgique, et on peut se demander s'il existe un lien familial ou si le dessin a été créé arbitrairement a partir d'une photo. A suivre...

lien 1   lien 2

                   

05 janv. 2006

Laiterie de Monchelet

Le gros travail de recherche et de rédaction de Mr Ternisien

vient de se concrétiser par la parution d'une brochure de 66 pages

retraçant l'historique de la laiterie de Monchelet (80)

à travers plusieurs générations de fromagers.

 

 

Brochure carrée collée de 66 pages dont 10 couleurs et 21 étiquettes couleurs

prix : 13,50 euros + 3 euros de frais de port soit 16,50 euros

 

Commande auprés de Jean - Marie Ternisien

17ter Rue de la Côte

92500 RUEIL MALMAISON

contact : jeanmarie.t@wanadoo.fr

4 janv. 2006

Un témoignage clef

 

Ci-dessous, un article très intéressant que je viens de trouver

sur la revue "le vieux papier" et datant d'avant la première guerre mondiale,

de Henry Vivarez, un des tous premiers tyrosémiophiles.

Il nous montre qui a fabriqué le premier camembert (d'après lui),

nous explique les premiers emballages, les premières boites,

comment il procède pour constituer sa collection...

 

Aucun tyrosémiophile vivant n'a connu cette époque,

d'où l'importance de cet article.

 

2017   2016   2015   2014   2013   2012   2011   2010   2009   2008   2007   2006   2005   2004   2003   2002   2001   2000   1999

 retour accueil

marqueur eStat'Perso