Dernières infos - archives 

2017   2016   2015   2014   2013   2012   2011   2010   2009   2008   2007   2006   2005   2004   2003   2002   2001   2000   1999

08 novembre 1999

 

Il collectionne les étiquettes de camembert!

 

Nostalgie normande

 

Un Montalbanais collectionne depuis trente ans les étiquettes de

boite à camembert. Il en a près de 300 aujourd'hui.

Une galerie de portrait qui salue essentiellement le savoir-faire joufflu et souriant des moines...

 

Certains collectionnent les cartes postales, les timbres, les bouteilles, les vieux billets, les tableaux de maîtres s'ils en ont les moyens, d'autres les soucis sans vraiment trop les chercher, quelques uns enfin, font dans l'exceptionnel et le très inattendu. Prenez par exemple le Montalbanais Emile Courbier. Vous aurez du mal à deviner sa passion. Allez, je vous dis tout.

Il collectionne les étiquettes de boites à camembert ! Et cela depuis trente ans. Depuis exactement quelques années de travail à Paris où pour tuer le temps et en souvenir de ses Normands de parents, Emile Courbier a soudain jeté son dévolu sur les étiquettes très colorées de camembert, qui fleurent si bon le terroir. Aujourd'hui, il en a plus de 300. La retraite venue, il a sorti toutes ces étiquettes des boites à chaussures où elles étaient rangées, pour les classer en genre. Il en a fait une expo. On pouvait la découvrir ce week-end à Bressols, dans le cadre des Automnales, quelques temps après avoir été présentée à Caylus.

Cette ribambelle d'étiquettes rondes et très chargées en couleurs reste avant tout un hommage renouvelé au savoirfaire des moines. La tradition veut que ces mystiques bons vivants qui peuplaient jadis en grand nombre notre pays, aient été les premiers à confectionner un fromage qui plus tard deviendrait le camembert. Et dont la marque fut lancée par un certain Itier en 1867, bien évidemment à Camembert.

Référence aux moines...

Le moine donc, revient souvent sur l'étiquette, toujours joufflu, très souriant, l'il pétillant de celui qui se tient prêt à passer à table. On trouve au hasard (impossible d'être exhaustif tant les références aux moines sont nombreuses) : le «Val de Moine», le «Saint-Nicolas» ; évidemment «le Bon Moine», plus précisément «le Vrai bénédictin», mais aussi «Les Saints-Pères» ou plus primesautier «les Frères Jacques», sans parler du dernier venu côté au CAC 40, «L'Euro-Moine». Parmi toutes les étiquettes conservées par Emile Courbier, certaines sont des épitaphes puisqu'elles nous renvoient à des marques aujourd'hui disparues comme «l'abbaye de Thélème» ou le «Saint-Antoine».

Mais enfin notre collectionneur travaille à les sauver de l'oubli. Depuis trente ans, donc, cela fait une fromagerie entière avalée par Emile Courbier. Mais rassurez-vous, il adore le camembert.

Heureusement !

J.-Ph. C. de http://www.ladepeche.fr

2017   2016   2015   2014   2013   2012   2011   2010   2009   2008   2007   2006   2005   2004   2003   2002   2001   2000   1999

 retour accueil

marqueur eStat'Perso